Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Jawad : son ADN retrouvé sur un gilet d'explosif


Jeudi 30 Juin 2016 modifié le Vendredi 1 Juillet 2016 - 08:27

Selon TF1, des traces génétiques du logeur du commando des attentats de novembre ont été prélevées sur des objets retrouvés dans le logement de Saint-Denis.




Jawad : son ADN retrouvé sur un gilet d'explosif
Jawad Bendaoud n'en a visiblement pas terminé avec la justice. Un rapport de la Sous-direction anti-terroriste (Sdat) apporte de nouvelles révélations sur le "logeur de Saint-Denis". Comme le révèle TF1, qui a consulté ce document, les experts auraient découvert des traces génétiques lui appartenant sur un composant de gilet explosif. Plus précisément, son ADN a été identifié sur deux objets différents dont un modèle de ruban adhésif qui a été utilisé pour relier deux fils électriques au bouton poussoir du gilet explosif. Sur ce matériel, d'autres traces ADN ont été retrouvées : celui d'Abdelhamid Abaaoud et de Chakib Akrouh. Pour le moment, les enquêteurs ne peuvent pas encore expliquer comment l'ADN de Jawad s'est retrouvé à cet endroit. Comme le rapporte TF1, Jawad aurait expliqué cette découverte par sa présence dans l'appartement. Sollicité par la chaîne, son avocat n'a pas souhaité s'exprimer à ce sujet.

"Je n'ai rien à voir avec tout ça"


Depuis son arrestation, le jeune trentenaire ne cesse de clamer son innocence. Il a été mis en examen le 24 novembre 2015 pour "association de malfaiteurs terroristes en vue de la préparation d'un ou plusieurs crimes d'atteinte aux personnes". Une accusation passible de vingt ans de prison. Dans une lettre du 25 mars dernier, il interpellait les juges : "depuis ma sortie de prison, je n'ai même pas préparé un repas et vous me parlez de préparer des attentats. Je n'ai rien à voir avec tout ça". Comme le révélait Le Monde en mai dernier, Jawad pourrait échapper à sa condamnation de vingt ans. En effet, celle-ci pourrait être requalifiée en "recel de malfaiteurs" et donc traitée séparement de l'affaire terroriste. Dans ce cas, le quotidien souligne qu'il n'encourrait plus que trois de réclusion.


Source Le Point
Jeudi 30 Juin 2016 - 21:12





Nouveau commentaire :
Twitter