Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Jacques Myard: "Exiger le départ de Bachar al-Assad installera le chaos"


Samedi 28 Février 2015 modifié le Samedi 28 Février 2015 - 21:03

Le député UMP Jacques Myard a expliqué vendredi que ses interlocuteurs en Syrie lui ont dit que si la France continuait de vouloir le départ du président syrien Bachar al-Assad "le chaos (s'installerait) sur tout le Proche Orient".




Jacques Myard: "Exiger le départ de Bachar al-Assad installera le chaos"
"L'ensemble de nos interlocuteurs nous ont clairement indiqué que si la France continue à exiger le départ de Bachar au motif qu'il est infréquentable, la Syrie éclatera car il est le seul à pouvoir maintenir l'unité de l'armée, le Liban sera balayé, le chaos s'installera sur tout le Proche et Moyen Orient", écrit le député dans un communiqué dans lequel il détaille le déroulé du déplacement controversé en compagnie de trois autres parlementaires. Le fait qu'ils aient rencontré le président syrien a suscité l'ire de l'exécutif français.

De l'ensemble "des prises de contact" et "entretiens", M. Myard retient par ailleurs qu'il "n'existe pas à ce stade de possibilité de victoire militaire sur le terrain d'une partie ou de l'autre" et que "seul un règlement politique peut ramener la paix".

Outre un "hôpital", les parlementaires ont visité "une ancienne école qui accueille 40 familles de réfugiés", "rendu visite au centre sanitaire du Croissant Rouge", "rencontré la responsable de la Croix Rouge, Mariam Gasser".

Ils ont aussi "visité le Lycée Charles-de-Gaulle où malgré l'adversité, 250 enfants franco-syriens, continuent à apprendre le français dans des conditions périlleuses, deux roquettes étant tombées sur cet établissement sans faire heureusement de morts. Le lycée ne reçoit plus de subsides du gouvernement français: c'est inadmissible", a indiqué M. Myard.

"De plus, à l'hôtel où nous étions nous avons rencontré une délégation américaine dirigée par l'ex-Attorney-General à la Cour Suprême, Ramzy Clark ce qui prouve qu'il existe bien des contacts certes indirects avec les Américains", a aussi souligné le député.

Il précise dans ce communiqué que le déplacement "a été organisé avec le concours d'un certain nombre de personnes connaissant bien le Proche Orient et ayant des cabinets de consultants pour les entreprises françaises au Liban et en Syrie".
Samedi 28 Février 2015 - 09:57

Avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter