Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Jacques Attali critique la digression sémantique de Ban Ki Moon


Mardi 15 Mars 2016 modifié le Mardi 15 Mars 2016 - 22:29




Jacques Attali critique la digression sémantique de Ban Ki Moon
L'economiste, écrivain et conseiller d'état honoraire français, Jacques Attali a critiqué la digression sémantique du Secrétaire général des Nations unies, M. Ban Ki Moon en utilisant le terme "occupation" concernant le Sahara marocain.

"Cette expression ne faisait pas partie jusqu'à présent du langage soigneusement répertorié qu'utilisent les diplomates onusiens pour parler de cette zone", rappelle Jacques Attali, en soulignant que "sans doute peut-on s'attendre à ce que l'animosité entre l'Algérie et le Maroc y trouve des raisons de s'accroître. Déjà, des manifestations monstres ont eu lieu au Maroc pour protester contre ce dérapage".

Dans l'édito du jour de son blog, Jacques Attali plaide pour un Maghreb uni, estimant qu'il "n'a jamais été plus important, pour eux comme pour nous, que les pays du Maghreb s'entendent bien".

"S'ils s'unissaient, économiquement et militairement, s'ils formaient le marché commun du Maghreb attendu depuis si longtemps, ils pourraient constituer rapidement une véritable puissance de taille mondiale", poursuit-il, en soulignant le "considérable" potentiel de développement de cette région.

Pour M. Attali, qui a été premier président de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement, les pays du Maghreb, de par leur situation géographique, "entre l'Europe, au niveau de vie unique au monde, et l'Afrique subsaharienne, qui comptera bientôt 1,5 milliard d'habitants, en pleine croissance, peuvent constituer une région d'exception, créatrice de richesses et d'emploi".

L'économiste français critique dans ce contexte la fermeture des frontières entre le Maroc et l'Algérie, précisant que "ce ne sont pas les déclarations récentes du Secrétaire Général des Nations Unies qui vont arranger les choses".

Le gouvernement marocain avait exprimé, dans un communiqué, ses protestations les plus vives contre les déclarations du secrétaire général de l'ONU sur la question du Sahara marocain, soulignant que ces propos étaient "inappropriés politiquement, inédits dans les annales de ses prédécesseurs et contraires aux résolutions du Conseil de sécurité".

Les propos de M. Ban ont suscité une vague d'indignation à travers le monde. Acteurs politiques, société civile, experts et analystes y ont vu une transgression de la neutralité qui doit prévaloir dans le travail des responsables onusiens à fortiori du secrétaire général. Plus de trois millions de Marocains ont sillonné, dimanche, les artères de Rabat, dénonçant les propos de Ban Ki Moon sur le Sahara et son alignement sur les thèses des séparatistes, réaffirmant leur mobilisation pour la défense de l'intégrité territoriale du Royaume.

Mardi 15 Mars 2016 - 11:52





Nouveau commentaire :
Twitter