Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr




Interview du 14-juillet : Trierweiler déjugée au profit de Ségolène Royal ?


Par Bruno Roger-Petit


Au cours de son intervention télévisée sur TF1 et France 2, François Hollande a tiré les conclusions politiques de l'affaire du tweet de Valérie Trierweiler. Les affaires privées se règlent en privé" a-t-il dit. Mais cela sera-t-il suffisant pour éviter de nouveaux dérapages ?




Valérie Trierweiler et Ségolène Royal
Valérie Trierweiler et Ségolène Royal
Le tweet commenté par le Président : ce n'est pas trop tôt !

François Hollande le 14 juillet : le commentaire, c'est maintenant. Et chacun ayant le droit de commenter la première prestation de François Hollande suivant les vues qui sont les siennes, qu'il soit permis de se concentrer ici sur le traitement présidentiel des dégâts politiques engendrés par l'affaire du Tweet de Valérie Trierweiler.

Il était bien temps d'ailleurs, que François Hollande s'exprimât sur le sujet, la réalisation télévisée de France 2 durant le défilé militaire, avec nombre de plans de coupe sur la personne de Valérie Trierweiler, ayant montré l'appétence des médias en manque de storytelling, tous avides de se repaître des épisodes multiples suscités par la saga du "Tweetgate".

C'est peu de dire que la question sur le sujet était attendue. Claire Chazal ayant eu le bon goût de la poser dans s'appesantir sur les détails, sans citer un seul nom propre et sans se livrer à un rappel exhaustif des forces en présence, François Hollande n'a pas eu besoin d'user de toutes ses forces de l'esprit pour traiter le sujet en moins de soixante secondes. Cela étant, quand bien même il a fixé des règles apparemment contraignantes pour tous ses proches, il semble que subsiste encore une petite ambiguïté.

Vie privée, vie publique : chaque chose à sa place, mais...

"Les affaires privées se règlent en privé. Et je l'ai dit à mes proches pour qu'ils acceptent scrupuleusement ce principe" a déclaré François Hollande, ajoutant au passage : "Je pense que les Français sont comme moi, ils veulent que les choses soient claires, qu'il n'y ait aucune interférence" entre vie privée et vie publique".

Puis, à la question : "Donc, cela ne se reproduira pas ?" Le président a répondu par un "Non" assez ferme avant de fixer le cadre des apparitions dans la vie publique de sa conjointe, Valérie Trierweiler. Cette dernière sera présente à ses côtés "chaque fois que le protocole l'exigera", "ce qui n'est pas si fréquent" a conclu le chef de l’État.

En moins d'une minute, François Hollande a donc acté la solution politique inévitable, et déjà en vigueur de fait depuis l'émission par sa compagne, Valérie Trierweiler, du tweet peu favorable à Ségolène Royal, solution dont nous avions déjà dit qu'elle s'imposait d'elle-même.

Désormais, le silence le plus absolu est la règle d'or qui régit la vie publique de la compagne du président, règle qui s'applique aussi à tous les proches du président. Pour celle qui ne voulait pas être une première dame potiche, la leçon est rude, mais elle était devenue indépassable et incontournable. Désormais, ce sera le protocole, tout le protocole, et rien que le protocole.

Cette solution, qui navre déjà les féministes les plus déterminées, n'est pas dictée par des considérations machistes, antique legs de la Royauté à la République, bien au contraire. Elle est la mise en conformité républicaine de la légitimité des uns et des autres. François Hollande seul, a été élu président de la République. Point. Et il ne s'agit en l'espèce que de politique.

Pour autant, tout n'a pas été soldé

François Hollande a fait mine de ne pas entendre une question posée par Laurent Delahousse (très en verve aujourd'hui, car prendre la place de David Pujadas, cela donne des ailes de géant qui peuvent empêcher de marcher) question pourtant très intéressante car elle avait le mérite d'aller au fond du problème : "Votre fils disait qu’elle ne peut pas à la fois être journaliste et avoir un cabinet à l’Elysée ?"

À cette interpellation, François Hollande a répondu... sans répondre : "Je pense que c’est une question de compréhension …C’est pas facile de prendre cette place." Manière habile de ménager la susceptibilité de sa compagne, condamnée au silence par lui-même, en rappelant que cette place n'est pas des plus faciles à occuper, de son point de vue de Président en exercice en tout cas. François Hollande n'a pas voulu déjuger Valérie Trierweiler plus que de raison.

Délibérément, François Hollande a ainsi choisi de ne pas s'engager davantage sur la question du statut du conjoint d'un chef de l’État en exercice. Sans doute ne voulait-il pas donner le sentiment, alors même qu'il venait d'annoncer la constitution d'une commission Jospin de réforme de la vie publique, d'encombrer cette commission avec un problème familial.

Valérie Trierweiler, entre silence et ambiguïté

De même, il est possible d'émettre l'hypothèse qu'il ne voulait pas plus, lui imposant déjà un quinquennat de silence, en rajouter par rapport à celle qui partage sa vie. Si l'on peut comprendre ce choix, dicté par des considérations stratégiques familiales, ne pas accabler ni l'une ni les autres plus que de raison, il n'en demeure pas moins qu'il ne ferme pas la porte à tous les risques. Gare aux actes manqués.

Valérie Trierweiler demeure une "Première dame" disposant à la fois d'un bureau à l'Elysée, avec cabinet personnel à sa disposition, et d'un bureau de journaliste dans un grand hebdomadaire. La situation dans laquelle elle se retrouve est à hauts risques, chacun de ses articles étant désormais scruté à la loupe par le Tout Paris médiatique, cohorte people et politique de décrypteurs qui a visiblement décidé que s'y cachait systématiquement un message codé.

In fine, il apparait que François Hollande a jugé qu'il y avait péril à trop sortir de l’ambiguïté dans cette affaire. Vieux classique. Et puis qu'on en est à citer les classiques, qui a dit : "La politique, ce sont les femmes" ?


Bruno Roger-Petit, Chroniqueur politique


Samedi 14 Juillet 2012 - 23:53



Samedi 14 Juillet 2012 modifié le Dimanche 15 Juillet 2012 - 00:23

Nouveau commentaire :
Twitter

France | Maghreb | Atlas Eco | Société | Sport | Culture & Médias | International | Religion | Environnement | Opinion | Décryptages | Informations légales | Sience & Santé | Lu dans la presse | Fil direct | Les indiscrets | Atlas des livres | Opinions | Entretiens