Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Intervention militaire dans le Nord du Mali: une "question de semaines" (ministre français )


Mardi 16 Octobre 2012 modifié le Mardi 16 Octobre 2012 - 15:09




Intervention militaire dans le Nord du Mali: une "question de semaines"  (ministre français )
"C'est une question de semaines", a déclaré le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian au sujet d'une intervention militaire internationale dans le nord du Mali.

"Hier, les ministres des Affaires étrangères des 27 membres de l'Union européenne ont décidé de faire en sorte que l'UE contribue au rétablissement de l'armée malienne et contribue aussi au soutien de l'intervention militaire qui sera obligée d'avoir lieu à un moment donné ou à un autre," a-t-il expliqué mardi matin sur France-2.

"Il y a une décision des Nations Unies qu'il importe de respecter. Le Conseil de sécurité des Nations Unies (...) a donné mandat aux pays d'Afrique de l'ouest de s'organiser pour qu'il y ait une intervention afin de rétablir la souveraineté du Mali", a-t-il ajouté.

Sur le calendrier, le ministre de la Défense a indiqué qu'"ils ont 45 jours pour le faire. Ils ont une planification à mettre en place. Ils s'y attellent aujourd'hui. Et après le Conseil de sécurité devra à nouveau dire qu'il soutient l'intervention, donc c'est une question de semaines".

"Dans cette affaire la France et l'Europe (...) soutient, explique, aide à la planification, forme, apporte logistiquement ce qu'il convient d'apporter", a-t-il rappelé. Il précise qu'il n'y aura pas de troupes françaises déployées au sol. "C'est le soutien logistique, le soutien par le renseignement à définir avec les membres militaires de l'Afrique de l'Ouest", a-t-il dit.

Les otages au Sahel "font l'objet de notre préoccupation permanente", a par ailleurs affirmé le ministre de l'Intérieur.

"Aujourd'hui, le Sahel devient un sanctuaire terroriste", a-t-il ajouté. "L'intégrité du Mali, c'est aussi la sécurité de l'Europe et la sécurité de notre pays. C'est-à-dire un sanctuaire terroriste à 1.200 kilomètres d'ici", a poursuivi le ministre. "Il faut éradiquer cela, mais la seule manière de l'éradiquer, c'est que les Africains prennent la direction des opérations," a-t-il affirmé.

Le 12 octobre dernier, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté unanimement la résolution de soutien à une force militaire sous direction africaine chargée d'aider l'armée malienne à chasser les islamistes armés qui se sont emparées de la moitié nord du pays et en font une plaque tournante du terrorisme lié à Al-Qaïda.


Mardi 16 Octobre 2012 - 09:32





Nouveau commentaire :
Twitter