Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Human Rights Watch appelle François Hollande à faire pression sur Tunis pour le respect de la liberté d'expression


Mardi 2 Juillet 2013 modifié le Mercredi 3 Juillet 2013 - 00:50

L'ONG de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch a appelé le président français François Hollande, attendu jeudi à Tunis, à faire pression sur le gouvernement tunisien pour qu'il protège la liberté d'expression après plusieurs procès controversés.




Human Rights Watch appelle François Hollande à faire pression sur Tunis pour le respect de la liberté d'expression
"Le président Hollande devrait user de l'influence de la France, comme partenaire économique clé et comme allié stratégique, pour faire pression sur la Tunisie pour qu'elle protège la liberté d'expression", a jugé HRW.

"Dans cette ère nouvelle pour la Tunisie, personne ne devrait être poursuivi pour avoir exprimé son désaccord avec l'opinion dominante sur le plan politique, religieux ou culturel", a estimé l'ONG, alors que M. Hollande sera à Tunis jeudi et vendredi.

Depuis l'arrivée au pouvoir des islamistes d'Ennahda quelques mois après la révolution de janvier 2011, le gouvernement est régulièrement accusé de chercher à limiter la liberté d'expression acquise après la chute de Zine El Abidine Ben Ali.

Le rappeur tunisien Weld El 15 a été condamné mardi en appel à une peine avec sursis après avoir écopé de deux ans ferme en première instance pour une chanson insultant la police.

Un jeune militant athée, Jabbeur Mejri a été condamné en mars 2012 à sept ans et demi de prison pour avoir publié sur sa page Facebook des caricatures du prophète Mahomet. Un autre jeune, Ghazi Beji a été condamné à la même peine mais a pu obtenir l'asile politique en France.

Enfin, Amina Sbouï, une jeune Tunisienne se revendiquant du mouvement seins nus Femen, est en détention depuis la mi-mai pour avoir écrit "Femen" sur le muret d'un cimetière en protestation contre un rassemblement salafiste.

Elle attend toujours de savoir si elle sera inculpée pour profanation de sépulture et atteinte aux bonnes moeurs, délits passibles de deux ans et six mois de prison.

Ces peines peuvent être considérablement alourdies si Amina est reconnue coupable d'avoir agi en bande organisée.

Mardi 2 Juillet 2013 - 21:27





Nouveau commentaire :
Twitter