Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Hommage national à Simone Veil: des centaines de personnalités et d'anonymes attendus aux Invalides


Mercredi 5 Juillet 2017 modifié le Jeudi 6 Juillet 2017 - 00:41

Des dizaines de personnalités françaises et étrangères sont attendues mercredi à l'hôtel des Invalides, à Paris, pour l'hommage national à Simone Veil, figure éminente de la vie politique française, pro-européenne et féministe ardente, décédée vendredi à l'âge de 89 ans.




Plusieurs chefs de gouvernement étrangers, dont le Belge Charles Michel, le Luxembourgeois Xavier Bettel et le Bulgare Boiko Borissov participeront à cette célébration funèbre ouverte au public dans la cour d'honneur des Invalides, en présence de sa famille, du président Emmanuel Macron, de ses prédécesseurs et du gouvernement français pratiquement au complet, a-t-on appris auprès de l'Elysée.

Parmi les anciens présidents français, la présence de Valéry Giscard d'Estaing, dont Simone Veil fut l'emblématique ministre de la Santé, restait à confirmer mardi.

Bernadette Chirac représentera son époux Jacques Chirac, tandis que Nicolas Sarkozy et François Hollande ont annoncé leur présence. La quasi-totalité des Premiers ministres français de ces dernières années devraient être présents.

Après avoir passé les troupes en revue, le chef de l'Etat rejoindra l'assistance pour l'entrée du cercueil, revêtu du drapeau tricolore et porté par des Gardes républicains, au son de la Marche funèbre de Chopin, selon le programme transmis par l'Elysée.

Plusieurs membres de la famille s'exprimeront avant qu'Emmanuel Macron ne prononce l'éloge funèbre de cette grande dame qui fut en 1979 la première présidente du Parlement européen élu au suffrage universel direct.

Le chef de l'Etat rappellera "à quel point Simone Veil, après avoir été victime de la Shoah, fut des grands combats d'un siècle, pour l'Europe, les femmes, la justice et la dignité humaine", mais il insistera aussi sur "l'actualité" de ces combats, selon la présidence française.

La cérémonie, que la famille a souhaité sobre et ouverte au public, devrait se prolonger pendant près d'une heure. Le cercueil quittera ensuite la cour des Invalides, accompagné par le Chant des Marais, celui des déportés, en souvenir de l'internement de Simone Veil au camp d'Auschwitz-Birkenau.

Dans l'assistance également, des membres de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah dont Simone Veil fut la première présidente et est restée jusqu'à sa mort présidente d'honneur, de l'Union des déportés d'Auschwitz et du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF).

De très nombreux responsables politiques français, dirigeants actuels ou passés des institutions européennes et membres du corps diplomatique sont également annoncés, comme Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuelle de l'Académie française où siégea Simone Veil.

L'inhumation de celle qui laissa son nom à la loi de 1975 sur la légalisation de l'avortement est prévue au cimetière parisien du Montparnasse, au côté de son époux, Antoine Veil, décédé en 2013.

Le grand rabbin de France, Haïm Korsia, prononcera l'oraison funèbre tandis que, conformément aux souhaits de la défunte, le kaddish, la prière de sanctification généralement prononcée par des membres de la famille, sera dite.

Des pétitions signées par plusieurs dizaines de milliers d'internautes connus ou inconnus, ont appelé à son entrée au Panthéon, nécropole laïque des "grands hommes" français, honorés par la "patrie reconnaissante".

Si elle y faisait son entrée, Simone Veil, symbole du combat pour l'émancipation féminine, serait seulement la cinquième femme (contre 76 hommes) à être honorée dans ce "temple" de la République situé sur une des buttes de Paris.

Sa disparition a suscité une pluie d'hommages unanimes, en France et en Europe. Le Parlement européen à Strasbourg, tout comme les parlementaires français réunis en Congrès à Versailles, ont observé une minute de silence à sa mémoire lundi .

Avec AFP
Mercredi 5 Juillet 2017 - 08:24





Nouveau commentaire :
Twitter