Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Henri Guaino: la seule attitude cohérente est d'interdire le voile intégral


Vendredi 7 Mai 2010 modifié le Samedi 8 Mai 2010 - 10:24




Henri Guaino: la seule attitude cohérente est d'interdire le voile intégral
Le conseiller spécial du président français, Henri Guaino, estime que "Si la burqa est indigne, contraire à nos mœurs, à nos valeurs, alors, la seule attitude cohérente est de l'interdire. c'est cela la République", dans une interview au Figaro à paraître samedi.

"Chacun doit prendre ses responsabilités. C'est ce que fait le gouvernement", a-t-il dit.

"Derrière la burqa se trouve posée une question essentielle pour notre avenir: à la fin des fins, dans quelle société voulons-nous vivre? Oui ou non voulons-nous la République? Oui ou non refusons-nous le communautarisme? Oui ou non voulons-nous l'égalité de l'homme et de la femme? Oui ou non voulons-nous défendre notre identité, notre modèle de civilisation, notre conception de la laïcité? Le moment est venu que chacun réponde", s'interoge M. Guaino.

Après la résolution du groupe UMP (majorité présidentielle, droite) contre le port du voile qui doit être votée mardi par l'Assemblée nationale, un projet de loi sur son interdiction générale dans tout l'espace public sera examiné en Conseil des ministres, le 19 mai. Il sera soumis au vote des députés, pour une première lecture, au début de la session parlementaire extraordinaire de juillet.

Le Conseil français du Culte musulman (CFCM) a pris "acte de la décision du gouvernement de soumettre au Parlement" le projet de loi.

"Tout au long des débats sur le port le voile intégral, le CFCM a clairement affiché son opposition à cette pratique sur le territoire national", ra-t-il souligné dans un communiqué, indiquant qu'"il a fait savoir par ailleurs son opposition à la promulgation d'une loi qui viserait son interdiction générale dans l'espace public".

"Cette position largement partagée a été motivée, en particulier, par la fragilité juridique d'une telle mesure, les difficultés liées à son application et le risque de stigmatiser l'islam et les musulmans de France", a souligné le CFCM.

Le CFCM "espère que les décisions qui seront prises par les pouvoirs publics, dans le cadre des responsabilités qui sont les leurs, puissent être l'expression d'un consensus républicain garant de la cohésion nationale".

Le CFCM "réaffirme que les musulmans de France aspirent comme tous leurs concitoyens à pratiquer leur culte et vivre leur spiritualité dans le respect des lois et des valeurs de la République auxquelles ils sont profondément attachés", a conclu le communiqué.

Vendredi 7 Mai 2010 - 21:33





Nouveau commentaire :
Twitter