Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Guéant accusé par la gauche de «croisade islamophobe»... et lâché par Copé


Samedi 26 Mars 2011 modifié le Samedi 26 Mars 2011 - 14:49

Le ministre de l'Intérieur français estime que les usagers de certains services publics «ne doivent pas porter de signes religieux», ni «manifester une quelconque préférence religieuse».




Guéant accusé par la gauche de «croisade islamophobe»... et lâché par Copé
Trois jours avant le premier tour, il brossait dans le sens du poil ces Français qui, «à force d’immigration incontrôlée», avaient «parfois le sentiment de ne plus être chez eux». Et trois jours avant le second tour, le même Claude Guéant fait mine de vouloir serrer un peu plus la vis sur la laïcité en affirmant que les usagers de certains services publics «ne doivent pas porter de signes religieux», ni «manifester une quelconque préférence religieuse». Le nouveau ministre de l’Intérieur, décidément, est chargé des oeillades à l’électorat frontiste.

Le chef de file des députés socialistes (PS), Jean-Marc Ayrault, raille un «ministre qui murmurait à l’oreille du FN». Et de dénoncer, par l’absurde, sa dernière proposition: «Va-t-on interdire à un prêtre en soutane, ou à une carmélite de prendre le métro ? Va-t-on interdire aux juifs qui portent la kippa de se rendre dans un bureau de poste? Va-t-on obliger un musulman à se raser la barbe avant de prendre le bus?»

De même le député villepiniste, Jean-Pierre Grand: «Ce qu’il dit revient à interdire d’avoir autour du cou un petit signe religieux comme un bijou en forme de croix ou de porter une kippa. On n’est plus dans la défense de la laïcité, on est dans l’Inquisition.»

Déplorant à son tour, «une obsession anti-musulmane», François Bayrou demande au gouvernement de «se ressaisir», sur RTL. Jean-Marie Le Pen, à nouveau, jubile, ironisant sur une majorité qui tente de «réparer les pots cassés» entre les deux tours des cantonales.

Surprise: même le patron de l’UMP, Jean-François Copé se démarque des propos de Claude Guéant, affirmant qu’il n'était «pas question de remettre en cause» la possibilité de porter des signes religieux dans les services publics, et «dès lors qu'ils ne sont pas fonctionnaires dans ces services publics». «Cela va de soi, a-t-il insisté. Les lois de la République s'appliquent.»
Samedi 26 Mars 2011 - 14:41

Atlasinfo avec Libération




Nouveau commentaire :
Twitter