Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




G20: objectif de croissance "insuffisant" pour créer les emplois nécessaires (Lagarde)


Jeudi 13 Novembre 2014 modifié le Jeudi 13 Novembre 2014 - 06:06

L'objectif de croissance économique qu'envisage le G20 pour les cinq ans à venir sera insuffisant pour créer "tous les emplois nécessaires", a estimé jeudi la directrice générale du FMI Christine Lagarde, pointant une reprise mondiale "inégale et fragile".




Les pays du G20 --qui représentent 85% de la richesse mondiale-- envisagent de gonfler de 2% supplémentaires la valeur de leur Produit intérieur brut (PIB) dans les cinq prochaines années, grâce à un arsenal de mesures et de réformes, notamment pour doper les investissements privés dans les infrastructures.

"Pousser l'aiguille de deux points de pourcentage vers le haut est certainement une avancée. Mais est-ce que ce sera suffisant pour créer tous les emplois dont (le G20) a besoin ? La réponse est non", a déclaré la patronne du Fonds monétaire international (FMI) dans un entretien publié jeudi.

"C'est toutefois un pas dans la bonne direction, si (cet objectif) entre en vigueur", a reconnu Mme Lagarde, dans cette interview accordée à l'Australian Financial Review.

"La reprise économique (dans le monde) est en cours, mais elle reste inégale, fragile et des dangers apparaissent à l'horizon", a également averti l'ancienne ministre française.

Cet entretien est publié juste avant la tenue ce week-end à Brisbane, sur la côte orientale de l'Australie, d'un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement du G20.

Or, le FMI a abaissé début octobre ses prévisions de croissance économique mondiale, avant de souligner notamment des "risques sérieux" de récession dans la zone euro.

Mme Lagarde s'est cependant dite "confiante" que l'objectif des 2% supplémentaires sera bien entériné ce week-end par les dirigeants réunis à Brisbane, et s'est félicitée que l'Australie, qui assure la présidence tournante du G20, ait placé la croissance en tête de l'agenda.

"Très tôt, (les Australiens) ont identifié des priorités sur lesquelles se concentrer, et ils n'ont pas essayé de couvrir tout l'éventail des sujets mondiaux", a-t-elle observé.

Jeudi 13 Novembre 2014 - 06:04

Avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter