Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Fusillades à Bruxelles: deux suspects libérés faute de lien avec l'affaire


Mercredi 16 Mars 2016 modifié le Mercredi 16 Mars 2016 - 16:49

La police a relâché mercredi deux suspects qui avaient été interpellés pour vérifier leur possible implication dans les fusillades survenues la veille dans la commune bruxelloise de Forest après une perquisition, a annoncé le parquet fédéral belge mercredi.




Le parquet avait fait état de ces deux interpellations mercredi matin, mais il avait refusé de divulguer les identités et de détailler les soupçons pesant sur les deux hommes, expliquant que leur "implication éventuelle" dans les fusillades était "encore examinée".

L'un d'eux avait été admis mardi soir à l'hôpital de Hal, une commune au sud de Bruxelles, pour une grave fracture de la jambe nécessitant une opération immédiate. Son cas avait attiré l'attention de la police parce que la personne qui l'avait déposé aux urgences avait pris la fuite à la vue des hommes en uniforme.

Un deuxième suspect avait été interpellé au cours d'une perquisition dans la nuit à Forest, non loin de la rue où les fusillades ont éclaté.

"La personne qui a été privée de liberté à l'hôpital ainsi que la personne qui a été emmenée pour interrogatoire suite à la perquisition (...) ont été remises en liberté par le juge d'instruction sans être inculpées", a expliqué le parquet fédéral mercredi après-midi dans un communiqué.

Une vaste opération de police avait été déclenchée mardi après-midi après que six policiers qui effectuaient une perquisition de routine dans un appartement de Forest, dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris du 13 novembre, eurent essuyé des tirs à la kalachnikov et au fusil anti-émeutes. L'un des suspects a été tué, et deux de ses complices, qui se sont enfuis, sont "activement recherchés".

La police a découvert une kalachnikov et un ouvrage sur le salafisme à côté du cadavre du suspect, un Algérien de 35 ans nommé Mohamed Belkaïd, ainsi qu'"un drapeau de l'Etat islamique", selon le parquet.
Mercredi 16 Mars 2016 - 16:48

Source AFP




Nouveau commentaire :
Twitter