Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




François Hollande répond aux critiques sur l'attentat de Nice


Vendredi 22 Juillet 2016 modifié le Vendredi 22 Juillet 2016 - 17:14




Le président français François Hollande, sous le feu des critiques après l'attentat du 14 juillet à Nice, est monté en première ligne vendredi pour défendre l'action de l'exécutif face à la menace terroriste et renouveler sa confiance au ministre de l'Intérieur.

Bernard Cazeneuve, dont la tête est réclamée par certains partis politiques, "a toute ma confiance", a déclaré le chef de l'Etat après un Conseil de défense convoqué huit jours après le massacre perpétré par un Tunisien de 31 ans sur la Promenade des Anglais à Nice le jour de la Fête nationale.

L'opposition de droite et aussi les partis d'extrême droite Front national et communiste PCF ont vivement mis en cause la gestion du ministre, accusé d'insuffisances dans la sécurisation de cette ville de la Côte d'Azur le 14 juillet.

Ce jour-là, la course folle du camion lancé sur la foule rassemblée pour un feu d'artifice a fait 84 morts et plus de 350 blessés, dont 12 "luttent encore pour leur vie", a relevé François Hollande, précisant aussi que les victimes sont au total de 18 nationalités différentes.

A Nice, "c'est le monde qui a été la cible des terroristes", a-t-il dit, soulignant que le tueur "s'est inspiré de la propagande de Daech (acronyme arabe de l'organisation Etat islamique) pour commettre cet horrible crime".

L'EI, qui a revendiqué l'attentat, a menacé cette semaine dans une nouvelle vidéo d'intensifier ses attaques contre la France.

Ce Conseil de défense est le quatrième depuis le 14 juillet, mais le premier suivi d'une déclaration solennelle du chef de l'Etat à l'Elysée.

La menace terroriste "va durer", "nous devons nous défendre", a averti François Hollande. L'état d'urgence instauré au lendemain des attentats du 13 novembre 2015 à Paris (130 morts, des centaines de blessés) et qui vient d'être prolongé jusqu'à janvier "ne nous prémunit pas de tout", a-t-il ajouté. Il a rappelé avoir décidé un recours aux réservistes dans la police, la gendarmerie et l'armée pour épauler les forces de l'ordre sous pression sur le territoire.

Mais le président a repoussé toute mesure contrevenant "à la Constitution et aux règles fondamentales du droit". "C'est sur ce terrain que (les terroristes) veulent nous mettre à l'épreuve", a-t-il affirmé.

Le mode opératoire inédit en Europe suivi dans l'attentat de Nice et le profil de son auteur inconnu du renseignement - tout comme ses complices présumés - ont attisé un vif sentiment d'insécurité au sein de la population.

Les questions portent notamment sur la facilité avec laquelle le tueur tunisien, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, a pu emprunter sur deux kilomètres en bord de mer la Promenade des Anglais, pourtant interdite à la circulation ce jour-là, avant d'être abattu par la police.



Vendredi 22 Juillet 2016 - 17:07





Nouveau commentaire :
Twitter