Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





François Hollande redoute une "installation de groupes terroristes" au nord du Mali


Lundi 11 Juin 2012 modifié le Lundi 11 Juin 2012 - 23:46

À l'occasion d'un entretien à l'Élysée avec le président du Niger, François Hollande a dit redouter une menace réelle "d'installation de groupes terroristes au nord-Mali", actuellement aux mains des touareg et des islamistes.




François Hollande redoute une "installation de groupes terroristes" au nord du Mali
La France redoute une "installation de groupes terroristes" au nord du Mali, actuellement aux mains de forces touaregs et islamistes, a déclaré François Hollande à l'issue d'un entretien à Paris avec le président du Niger Mahamadou Issoufou.

"Il y a une menace d'installation de groupes terroristes au nord-Mali (...), il y a une intervention extérieure qui déstabilise le Mali et qui installe des groupes dont la vocation est une intervention qui va bien au-delà du Mali, en Afrique et peut-être au-delà", a déclaré à le presse le président français.

"Cette menace existe, c'est aux Africains de la conjurer, à eux de décider. La Cédéao (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest) en est à la fois l'instrument juridique et l'instrument éventuellement militaire", a poursuivi M. Hollande.

"Aux Africains de saisir le Conseil de sécurité (de l'ONU), nous, nous appuierons la résolution qui sera présentée par la Cédéao", a insisté le chef de l'Etat, "si une intervention est décidée, c'est aux Africains de la mener, la France comme d'autres puissances se mettant au service des Nations unies".

Devant la presse, le président nigérien a confirmé les informations faisant état de la présence de "jihadistes afghans, pakistanais, en tout cas étrangers au Mali qui entraîneraient des groupes terroristes".

"Je confirme cette information (...) il s'agit d'une menace non seulement pour la sous-région mais aussi pour le monde", a précisé M. Issoufou, confirmant que les pays africains (Cédéao ou Union africaine) se préparaient à saisir le Conseil de sécurité de l'ONU dans un délai qu'il n'a pas précisé.
Lundi 11 Juin 2012 - 14:05





Nouveau commentaire :
Twitter