Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




"France nature environnement" dénonce les ambitions nucléaires françaises


Lundi 15 Mars 2010 modifié le Mardi 23 Mars 2010 - 14:28

Suite au discours de Nicolas Sarkozy lors de l'ouverture sur le nucléaire civil, l'association écologiste France nature environnement (FNE) dénonce les ambitions du chef de l'État. Celui-ci a en effet déclaré qu'il souhaitait doubler la puissance de l'énergie nucléaire mondiale d'ici les vingt prochaines années.




"France nature environnement" dénonce les ambitions nucléaires françaises
L'Agence internationale de l'énergie atomique évalue à 2% de l'énergie totale consommée, la part du nucléaire dans le monde . D'après FNE, la volonté de Nicolas Sarkozy de doubler ce chiffre nécessiterait la construction d'une nouvelle centrale chaque semaine pendant vingt ans.

Les écologistes dénoncent la façon dont le président omet d'évoquer la pollution engendrée par une énergie qui ne peut pas, selon eux, être considérée comme propre. "Affirmer l'inverse, c'est faire l'impasse sur l'amont de la filière, l'extraction et le transport de l'uranium en provenance d'Afrique ou d'ailleurs, la construction des centrales, les pics de consommation et les risques présentés par l'aval et les déchets", assure Marc Sénant, chargé de mission risques industriels à FNE. Et d'ajouter : "Évidemment, une telle partialité présente d'un coup de baguette magique le nucléaire comme la solution à nos problèmes climatiques".

D'après les défenseurs de environnement, si l'on prend un exemple concret, au Niger, il faudrait manipuler une tonne de minerai pour extraire 3 kilos d'uranium, soit un rendement de seulement 0,3%. Mais pour extraire cette tonne de minerai, des machines rejetant de très importantes quantités de CO2 sont utilisées.

"Sans parler de la ressource en uranium qui est elle aussi limitée, de la question de la gestion des déchets radioactifs, du risque inhérent de la technologie, entre autres, cela démontre une fois de plus qu'une politique énergétique ne pourrait se reposer sur le nucléaire" déplore Marc Sénant.


MaxiSciences
Lundi 15 Mars 2010 - 03:16





Nouveau commentaire :
Twitter