Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








France: les policiers en colère restent mobilisés dans l'attente d'une entrevue avec Hollande


Mardi 25 Octobre 2016 modifié le Mardi 25 Octobre 2016 - 19:55

La colère de policiers français réclamant plus de moyens ne faiblit pas au huitième jour du mouvement, malgré le début de concertations et la rencontre prévue mercredi entre le président François Hollande et les syndicats, contestés par la base.




Plusieurs centaines de policiers en civil ont à nouveau manifesté lundi soir à Paris. Ils se sont retrouvés en silence sur le terre-plein central de la place de l'Opéra, en plein coeur de la capitale.

Les manifestants, scandant "Policiers en colère, citoyens avec nous" ou "Cazeneuve démission", ont ensuite commencé à marcher sur la chaussée en direction de la place Vendôme, siège du ministère de la Justice.

Au milieu de la circulation, des voitures de police, vraisemblablement en patrouille, ont brièvement déclenché leur sirène en signe de soutien en passant à proximité. Des taxis, des bus RATP, des piétons ont eu aussi manifesté leur soutien.

Ecoeurés par une attaque au cocktail Molotov ayant visé quatre de leurs collègues le 8 octobre en banlieue parisienne, après une année éprouvante sous le régime de l'état d'urgence lié à la vague d'attentats, les policiers réclament plus d'effectifs et de moyens matériels et des peines sévères pour leurs agresseurs.

Les deux policiers grièvement brûlés lors de cette attaque sont désormais "hors de danger", mais le traitement de leurs séquelles va être "très long", a indiqué lundi un médecin de l'hôpital parisien où l'un d'entre eux est toujours hospitalisé.

Les protestataires ont lancé un nouvel appel à se rassembler mercredi devant l'Assemblée nationale, juste avant que le président socialiste reçoive les organisations syndicales.

Débordés par ce mouvement sur lequel ils tentent de reprendre la main, les syndicats ont lancé de leur côté un appel à se rassembler mardi à la mi-journée devant les tribunaux de France.

En tête des revendications des syndicats: la "révision du cadre juridique d'emploi des armes" et la "mise en place de peines plancher pour les agresseurs", créées par la droite et supprimées par la gauche.

Lundi ont débuté dans toute la France des "réunions de concertation" entre la hiérarchie policière, les autorités locales et le personnel policier. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, accompagné du patron des policiers, a participé à l'une d'entre elles dans la matinée à Rouen (nord-ouest).

Ces réunions visent à faire remonter vers le ministère de l'Intérieur une sorte de cahier de doléances dont les conclusions doivent être remises le 15 décembre pour une mise en application dès 2017.

Ces propositions viendront compléter un plan "de sécurité publique" qui sera lancé en novembre. Le chef de la police Jean-Marc Falcone doit livrer dans la semaine de premières propositions.

Depuis le début de la mobilisation, le gouvernement s'emploie à apaiser la colère et à balayer les critiques de l'opposition de droite, à quelques mois de la présidentielle.

(avec AFP)
Mardi 25 Octobre 2016 - 00:57





Nouveau commentaire :
Twitter