Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








France: le président élu compose son gouvernement


Lundi 8 Mai 2017 modifié le Mardi 9 Mai 2017 - 00:04

Après sa large victoire saluée en Europe, le jeune centriste Emmanuel Macron a fait lundi ses premiers pas de président élu, déjà tourné vers la bataille cruciale des élections législatives dans une France profondément divisée.




France: le président élu compose son gouvernement
Avant la passation de pouvoir prévue dimanche, le pro-européen qui est devenu à 39 ans le plus jeune président de la France et l'un des plus jeunes dirigeants du monde, a commémoré lundi au côté du président socialiste sortant François Hollande la victoire du 8 mai 1945.

M. Hollande qui achève un mandat de cinq ans marqué par une impopularité record, a dit ressentir "beaucoup d'émotion" à lui donner "la marche à suivre", en allusion au jeune mouvement "En marche!" qui a porté M. Macron au pouvoir.

Elu avec 66,1% des voix, celui qui espère rassembler sous sa bannière les "progressistes républicains" a reconnu dimanche n'avoir pas reçu "un blanc-seing" des électeurs après un scrutin marqué par une abstention record et un score historique pour l'extrême droite (33,9%).

Des chantiers majeurs attendent celui qui est entré en politique en 2012 après avoir été banquier d'affaires: endiguer un chômage endémique (10%), faire face à une forte menace terroriste et relancer une Europe affaiblie. Il prévoit de se rendre en priorité à Berlin, selon son entourage.

Le patronat français a accueilli avec soulagement son élection mais l'attend sur ses capacités de réforme, notamment le droit du travail qui constitue au contraire une ligne rouge pour nombre de syndicats.

M. Macron qui a fait campagne sur le thème du "renouvellement politique" dévoilera dans les prochains jours la composition du gouvernement, perçue comme de premières indications de sa volonté de rassemblement.

Selon son entourage, un Premier ministre de droite n'est pas exclu.

Si le nouveau président dit avoir déjà arrêté son choix, il lui reste un défi majeur: sceller une majorité claire aux élections législatives (11 et 18 juin) pour mettre en oeuvre son programme libéral social qui veut à la fois "libérer et protéger".

Dimanche soir, à cinq semaines du premier tour, M. Macron a appelé les électeurs à lui donner "une majorité vraie, forte, de changement".

Selon le politologue Stéphane Rozès, "c'est lui qui devra conduire la bataille des législatives, comme Napoléon dans les batailles serrées se mettait en première ligne".

La presse française soulignait la difficulté de la tâche, avec un mouvement jeune, sans expérience et sans implantation locale. Le quotidien de gauche Libération analyse sa "victoire sous pression", où "la forte abstention, malgré la menace de l'extrême droite, montre une insatisfaction vis-à-vis du nouveau président".

De fait, entre l'abstention record (25,44%) et un nombre historique de votes blancs et nuls (un peu plus de 4 millions), plus d'un Français sur trois a refusé le choix Macron/Le Pen.

Lundi 8 Mai 2017 - 19:00





Nouveau commentaire :
Twitter