Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








France: la gauche recherche son candidat à quatre mois de la présidentielle


Mercredi 4 Janvier 2017 modifié le Jeudi 5 Janvier 2017 - 23:19

A quatre mois de la présidentielle en France, la gauche, dispersée, s'élance dans sa primaire alors que ses adversaires accélèrent leur campagne sur tous les terrains.




Deux des septs candidats à la primaire du parti socialiste, dont l'ex-Premier ministre Manuel Valls, ont détaillé leur programme mardi avec l'espoir de mobiliser les électeurs: distancée par la droite et l'extrême droite, la gauche dispose de trois petites semaines d'ici au premier tour du scrutin le 22 janvier.

"Pour moi, la question n'est pas de savoir si la gauche peut gagner. La gauche doit gagner" à la présidentielle, a déclaré Manuel Valls qui affronte quatre anciens ministres du quinquennat de François Hollande -Vincent Peillon, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Sylvia Pinel- ainsi qu'un écologiste François de Rugy et un ex-député européen de centre-gauche Jean-Luc Bennahmias.

Entré dans la course après le renoncement du très impopulaire président Hollande, Manuel Valls s'est posé en garant d'"une République forte et d'une France juste", au sein d'une Europe "refondée" avec des mesures sociales notamment.

Même tonalité européenne mardi chez l'ex-ministre de l'Éducation Vincent Peillon: il prône une "stratégie européenne offensive et affirmée" et "un New deal" sous l'impulsion du "moteur franco-allemand".

Dans un calendrier resserré, les prétendants devront s'affronter lors de trois débats télévisés en sept jours avant le premier tour. Et se livrer à un exercice d'équilibriste: se différencier, sans se déchirer, pour pouvoir se rassembler derrière le vainqueur de la primaire, le 29 janvier.


"le PS joue sa survie"


L'enjeu de la primaire est crucial pour le parti socialiste. "Cette fois le PS joue sa survie", titrait mardi le journal Le Parisien. "Du succès de la primaire de la gauche dépend l'avenir du PS", qui faute de mobiliser en janvier a peu de chances d'attirer les électeurs en avril, analyse le quotidien.

Le PS table sur 1,5 à 2 millions de votants, soit moins que lors de sa primaire de 2011, la première en France, qui avait été un énorme succès avec 2,7 millions de votants au premier tour, 2,9 millions au second.

Et surtout beaucoup moins que les 4,4 millions d'électeurs qui se sont déplacés pour la primaire de la droite en novembre.

L'ancien Premier ministre François Fillon, vainqueur surprise de ce processus de sélection, s'était depuis montré quasi absent des médias.

Lui aussi est parti à l'offensive mardi, en visitant symboliquement un centre parisien de lutte contre l'exclusion, avant une intervention télévisée dans la soirée.

Accusé par la gauche de "brutalité" dans le domaine social et en baisse dans les sondages, le conservateur a profité de sa visite sur le terrain pour assurer que "la lutte contre la grande pauvreté sera sa priorité". Il doit enchainer avec une série de déplacements en France et à l'étranger - Las Vegas les 5 et 6 pour un salon high tech, le 23 à Berlin pour un déjeuner avec la chancelière Angela Merkel.

A l'extrême droite, Marine Le Pen attaque l'année avec énergie après plusieurs semaines de discrétion: "voeux de combat", forte activité sur les réseaux sociaux, voeux à la presse mercredi, nombreuses interventions médiatiques, convention thématique et déplacement en région en fin de semaine.

Dans les enquêtes d'intentions de vote, Marine Le Pen est constamment donnée qualifiée -- et battue par François Fillon -- au second tour de la présidentielle.

"Jamais la gauche n'a abordé un scrutin présidentiel en position aussi faible", commente le journal Le Monde daté de mercredi, en soulignant ses divisions sous "trois bannières apparemment irréconciliables".

Malgré les appels au rassemblement, deux "outsiders" ont en effet décidé de faire cavalier seul: le candidat de l'extrême gauche Jean-Luc Mélenchon et, surtout, l'ancien ministre de l'Économie du gouvernement socialiste, Emmanuel Macron, qui, avec son positionnement "ni de droite, ni de gauche" caracole en tête du classement des personnalités politiques auxquelles les Français font le plus confiance (41%).

(Avec AFP)


Mercredi 4 Janvier 2017 - 17:59





Nouveau commentaire :
Twitter