Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




France-Législatives : 48,31% de participation à 17 heures


Dimanche 10 Juin 2012 modifié le Dimanche 10 Juin 2012 - 17:46




Francois Hollande, Président de la République, vote pour le 1er tour des élections législatives 0 Tulle, en Corrèze
Francois Hollande, Président de la République, vote pour le 1er tour des élections législatives 0 Tulle, en Corrèze
Le taux de participation au premier tour des élections législatives est de 48,31% en France métropolitaine à 17H00 (15H00 GMT), en légère baisse par rapport à 2007, annonce dimanche le ministère de l'Intérieur.

Ce taux était de 49,28% à la même heure lors des dernières législatives, en juin 2007, soit environ 1 point de plus.

Le taux de participation au premier tour des élections législatives de 2007 était de 60,98% en métropole, selon les chiffres publiés par le ministère de l'Intérieur.

Pour le premier tour de l'élection présidentielle, le 22 avril, le taux de participation, en métropole, était de 70,59% à 17h00.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a prévenu que les membres du gouvernement échouant aux législatives devront céder la place après le second tour de scrutin.

En réalité, l'application de la règle définie par M. Ayrault a peu de chances de bouleverser la physionomie du gouvernement. D'abord parce que certains se sont mis à l'abri du verdict des urnes. C'est le cas de Christiane Taubira et de Najat-Vallaud-Belkacem qui, au lendemain de leur entrée au gouvernement, ont annoncé qu'elles ne seraient pas candidates. Les deux ministres n'auraient pourtant pas pris le même risque. Dans la 1re circonscription de Guyane, où aurait pu se représenter la garde des sceaux, M. Hollande a recueilli 62,3 % des voix le 6 mai. Dans la 4e du Rhône, où la ministre des droits des femmes et porte-parole du gouvernement était candidate, M. Sarkozy est arrivé en tête au second tour de la présidentielle, avec 53,9 % des suffrages.

L'autre raison pour laquelle le principe posé par le premier ministre aura vraisemblablement peu de conséquences tient au fait que, dans leur grande majorité, les ministres candidats aux élections des 10 et 17 juin ont de fortes chances de l'emporter. Députés sortants pour vingt d'entre eux, la plupart sont élus dans des circonscriptions largement acquises à la gauche.

Dimanche 10 Juin 2012 - 17:17





Nouveau commentaire :
Twitter