Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





France: Hollande demande à ses ministres de sauver une usine Alstom


Lundi 12 Septembre 2016 modifié le Lundi 12 Septembre 2016 - 14:38




Le président français François Hollande a demandé lundi matin à ses ministres, lors d'une réunion de crise, de "faire en sorte" de "sauver" l'usine historique de Belfort (est) du groupe ferroviaire Alstom, berceau de l'emblématique train à grande vitesse TGV.

"Le président de la République nous a fixé un objectif, celui de faire en sorte qu'à Belfort les activités ferroviaires d'Alstom soient maintenues", a déclaré le ministre de l'Economie Michel Sapin à l'issue de la réunion.

"Nous allons travailler avec les élus, les organisations syndicales, la direction d'Alstom et l'ensemble de ceux qui, en capacité de passer un certain de commandes en France, peuvent permettre (...) de sauver les activités ferroviaires d'Alstom à Belfort", a-t-il enchaîné.

Michel Sapin a de nouveau jugé "inadmissible" la façon brutale avec laquelle la direction d'Alstom a annoncé, mercredi, l'arrêt de la production de trains d'ici à 2018 sur son site hitsorique de Belfort, où sont actuellement employés plus de 400 salariés.

Installée depuis 1879 à Belfort, l'entreprise y a produit sa première locomotive à vapeur en 1880, avant de se développer dans les turbines et l'énergie, activité cédée à l'américain General Electric fin 2015 après de longues négociations.

Mais confrontée à une pénurie de commandes en France, sa direction a décidé de transférer la production de locomotives de Belfort à Reichshoffen, à 200 km au nord, tout en s'engageant à proposer aux salariés d'être transférés sur d'autres sites.

A moins de huit mois de l'élection présidentielle, le gouvernement socialiste s'est saisi du dossier, soucieux de ne pas être accusé d'inaction face à la désindustrialisation du pays, d'autant que l'Etat détient 20% des voix au conseil d'administration d'Alstom.

Le PDG du groupe Henri Poupart-Lafarge avait ainsi été convoqué dès jeudi au ministère de l'Economie où il avait été sermonné par Michel Sapin.

(Source AFP)
Lundi 12 Septembre 2016 - 14:38





Nouveau commentaire :
Twitter