Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





France 2010: black, blanc, mais pas beur (Le Figaro)


Jeudi 20 Mai 2010 modifié le Jeudi 20 Mai 2010 - 10:25




France, 2010, black, blanc, beur, benzéma, ben arfa, Nasri, mondial, foot
France, 2010, black, blanc, beur, benzéma, ben arfa, Nasri, mondial, foot
Alors comme personne ne l'a remarqué? L'équipe de France de Domenech n'est pas celle d'Aimé Jacquet. France 2010 n'est pas France 98.

Souvenez-vous. La grande mythologie née avec la victoire de la France championne du monde 98. La France black-blanc-beur. Tout un pays rassemblé derrière son équipe emblématique de la diversité française. Depuis, le temps a montré ce qu'il en était vraiment de ce mythe, rappelant cette vérité de bon sens: ne faisons pas dire au football plus qu'il ne veut dire. Ce qui ne signifie pas non plus que le football est hors la vie. Depuis le début du 20e siècle, l'équipe de France a toujours été le reflet de la diversité des origines françaises. De Djorkaeff (père et fils) à Zidane, de Kopa à Platini, de Fernandez à Piantoni... La France braudélienne du football a toujours été représentée à travers les sélectionnés qui ont joué les phases finales de Coupe du monde, de 1930 à 2006.

Cela étant, on ne peut s'empêcher de remarquer que l'équipe de France 2010 sera blanche, black, mais pas beur. Exit Nasri, Ben Arfa, Benzema... La classe 87 est exclue de ce qui aurait dû être son premier grand rendez-vous mondial alors même qu'elle paraissait taillée pour prendre le pouvoir.

On remarquera aussi que les trois exclus le sont également, d'après ce qu'on en sait, pour les mêmes raisons. Caractère difficile, égo sur-dimensionné, absence de respect des autres et des coutumes en vigueur au sein de l'équipe de France.

On se gardera bien de tirer des conclusions hâtives. On se contentera simplement de remarquer cette "coïncidence" étonnante, tout en déplorant ce manque. Pour les intéressés, pour les joueurs concernés, pour l'équipe de France, et pour une certaine idée de l'équipe de France. Quand on pense que ces trois joueurs (champions d'Europe des moins de 17 ans) semblaient programmés pour être les Platini-Giresse-Tigana des années 2010, la déception est totale. Le fait qu'ils ne jouent pas leur première Coupe du monde à l'âge où il faut la jouer (22-23 ans) va faire prendre au fooball français un train de retard, du genre qu'on ne rattrappe plus... On m'objectera sans doute que ce sont les "circonstances" qui ont imposé ces choix à Domenech. Oui, sans doute. Mais pour tout un tas de raison, on ne peut s'empêcher de penser que dans le contexte actuel, cette "coïncidence" issue de "circonstances" particulières tombe mal. Très mal. La réalité dépasse la légende, et c'est d'un triste...


Par Bruno Roger-Petit


Jeudi 20 Mai 2010 - 08:28

Le Figaro, publié le 18 mai




Nouveau commentaire :
Twitter