Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Fragments, autoportrait d'une Marilyn Monroe à la recherche d'elle-même (Le Point)


Lundi 9 Août 2010 modifié le Lundi 9 Août 2010 - 10:10




Fragments, autoportrait d'une Marilyn Monroe à la recherche d'elle-même (Le Point)
Le mystère Marilyn encore entier ? Des centaines de livres sur l'actrice de Certains l'aiment chaud ont voulu apporter un nouvel éclairage à la personnalité complexe de l'actrice. En voilà un de plus, et il n'est pas sans importance, car l'auteur... n'est autre que la star elle-même. L'ouvrage inédit sortira en France le 12 octobre prochain aux éditions du Seuil. Un volume de 250 pages rassemblant des photos personnelles, des extraits de journaux, des lettres et des poèmes écrits par Marilyn elle-même, de l'âge de 17 ans à sa mort.

À travers ces documents, Marylin Monroe raconte l'histoire de sa propre vie. La vedette américaine dévoile en filigrane, notamment dans sa correspondance avec son psychanalyste, sa nature mélancolique qui lui collait à la peau. "Pour la première fois, on entre dans l'univers mental de Marilyn qui cherche à comprendre le monde qui l'entoure, ses relations aux autres, avec elle-même", déclare à l'AFP Bernard Comment, coéditeur de l'ouvrage, à qui Anna Strasberg, responsable du fonds Marilyn Monroe Estate, a directement confié ces textes. On redécouvre l'actrice sous un nouveau visage, déjà esquissé par Michel Schneider et son ouvrage Marilyn, dernières séances : une femme angoissée, piégée dans sa propre image, qui "cherche à fuir les clichés" hollywoodiens, explique l'éditeur.

Avec ces nouveaux éléments, c'est une Marilyn d'une grande sensibilité et intelligence qui revient sous les feux de la rampe. Caroline Gutmann, une des collaboratrices de M. Comment : "Ce qui est bouleversant, c'est le regard qu'elle porte sur elle-même et sur le monde factice qui l'entoure, sur le travail d'actrice." Une sagacité qui est aussi littéraire : la star étonnera le public par son style fin et empreint de références à de grands écrivains : un de ses trois maris, Arthur Miller, mais aussi James Joyce, Samuel Beckett et le fondateur de la poésie américaine, Walt Whitman. Des choix pour le moins inattendus et éclectiques. L'écrivain et chroniqueur italien, Antonio Tabucchi, à qui on a confié l'écriture de la préface, écrit : "À l'intérieur de ce corps vivait l'âme d'une intellectuelle et poète dont personne n'avait le soupçon."

Lundi 9 Août 2010 - 10:08





Nouveau commentaire :
Twitter