Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Femmes atteintes du sida en Algérie: la double peine


Mercredi 8 Juillet 2015 modifié le Mercredi 8 Juillet 2015 - 14:19

"Même quand c'est le mari qui nous contamine, aux yeux des gens, femme plus sida égalent p..." Comme de nombreuses Algériennes vivant avec le VIH, Sihem est stigmatisée.




Femmes atteintes du sida en Algérie: la double peine
En 2014, l'Algérie a enregistré 845 cas d'infection par le VIH, dont 410 femmes. La quasi-majorité d'entre elles ont été contaminées par leur conjoint, selon Onusida.

Agée de 30 ans, Sihem --le prénom a été modifié-- a divorcé il y a dix ans. "J'ai rapporté dans mes bagages le VIH", dit cette jolie brune à la longue chevelure, en soulignant avoir peu d'espoir de refaire sa vie.

"Mon mari, qui m'a contaminée, a raconté partout que j'avais le sida", confie-t-elle la voix nouée et les yeux embués. Aux yeux de la société, si son mari l'a "renvoyée" au bout de six mois, c'est qu'elle était fautive. L'homme, lui, est "au-dessus de tout soupçon", dit-elle avec amertume.

L'Algérie reste une société extrêmement conservatrice imprégnée des valeurs musulmanes. Le sida, maladie sexuellement transmissible (MST), y est considérée comme une maladie honteuse. Les familles cachent le fait qu'un de leurs membres, homme ou femme, est atteint du VIH et quand il meurt du sida, elles préfèrent donner une autre explication. Mais pour les femmes, l'opprobre est encore plus fort, car dans l'imaginaire collectif, cette maladie est la preuve d'infidélité conjugale ou de prostitution.

Hayet, une couturière de 41 ans, a appris sa maladie il y a 20 ans lors de la naissance de sa fille. Celle-ci, atteinte du VIH, est morte à l'âge de trois mois et son mari un an plus tard. Ses beaux-parents savaient que leur fils, ancien drogué, était contaminé, mais ont préféré garder le silence. A sa mort, ils ont estimé que "je ne leur avais pas porté chance et qu'il était injuste que leur fils décède et pas moi", poursuit Hayet qui, veuve à 22 ans, n'a eu droit à aucune part de l'héritage.

- 'Symbole de déshonneur' -

Aïcha a divorcé en 2005 à 19 ans, quelques mois après un mariage arrangé. Son ex-mari n'a jamais reconnu l'avoir contaminée. "Sans le soutien de mes parents, je serais devenue folle", dit-elle au bord des larmes.

Si elles acceptent de se confier à l'AFP sous couvert de l'anonymat, ces femmes préfèrent rester silencieuses au quotidien, car bien que victimes, elles sont, aux yeux de la société, coupables.

Pour les femmes, "le sida est le symbole du déshonneur, d'où une attitude de rejet et de stigmatisation", déplore Adel Zeddam, directeur d'Onusida en Algérie.

Une mise à l'écart qui a d'importantes répercussions. En effet, certaines de ces femmes "évitent de venir dans des services de prise en charge proches de leur résidence par peur d'être reconnues, et prennent ainsi le risque de ne pas suivre correctement leur traitement", ajoute M. Zeddam.

Les femmes sont victimes "d'une double peine, contaminées par le conjoint et stigmatisées par la société", lance Nawel Lahoual, présidente de l'association Hayet des personnes vivant avec le VIH-sida.

Un médecin de l'hôpital El Kettar à Alger raconte l'histoire d'un universitaire cinquantenaire qui s'est marié à quatre reprises en cachant sa maladie. Faute de traitement, ses épouses sont décédées.

Pourtant, un certificat prénuptial est exigé de chacun des époux qui doivent réaliser des analyses dont celles de maladies sexuellement transmissibles. Mais des cas de certificats de complaisance ont été relevés.

Des histoires redonnent néanmoins un peu d'espoir. Safia, 42 ans, a perdu son mari en 1996, en apprenant qu'il était atteint du sida. En 2011, elle a rencontré un homme à qui elle a confié son histoire. "Amoureux, il m'a épousé en cachant les faits à ses parents afin de me préserver".

Grâce à un médecin, qui les a conseillés avant leur mariage quant aux précautions à prendre, elle vit son amour depuis quatre ans, sans que son mari n'ait été contaminé.
Mercredi 8 Juillet 2015 - 09:30

Source AFP




Nouveau commentaire :
Twitter