Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Espagne: Rajoy veut la destitution du gouvernement catalan au bord de la sécession


Samedi 21 Octobre 2017 modifié le Dimanche 22 Octobre 2017 - 07:50

Le chef du gouvernement espagnol a annoncé samedi la destitution de l'exécutif catalan de Carles Puigdemont et la convocation d'élections régionales dans les six mois, afin de reprendre le contrôle de la Catalogne au bord de la sécession.




Espagne: Rajoy veut la destitution du gouvernement catalan au bord de la sécession
Espagne: Rajoy veut la destitution du gouvernement catalan au bord de la sécession
Invoquant l'article 155 de la Constitution, jamais encore utilisé, Mariano Rajoy a demandé au Sénat de lui confier la faculté de dissoudre le parlement catalan, afin de "convoquer des élections dans un délai maximum de six mois".

M. Rajoy demande aussi que le gouvernement catalan présidé par Carles Puigdemont soit démis de ses fonctions, qui seront exercées "en principe par les ministères (nationaux) aussi longtemps que durera cette situation exceptionnelle".

"Ni l'autonomie catalane ni la gouvernance autonome ne sont suspendues", a affirmé Mariano Rajoy, pour tenter de rassurer des Catalans très attachés à leur autonomie récupérée après la fin de la dictature de Francisco Franco en 1975.

Il s'agit seulement selon lui de destituer "les personnes qui ont placé ce gouvernement hors la loi", en faisant voter des lois contraires à la constitution espagnole et au statut d'autonomie de la Catalogne.

Ces mesures doivent être approuvées fin octobre au Sénat, où le parti du Premier ministre est majoritaire. Il s'est assuré de l'appui du parti socialiste (PSOE), principale force d'opposition, et des centristes de Ciudadanos, et o.

Mariano Rajoy prétend revenir à la légalité en Catalogne, rétablir la coexistence dans une communauté qui s'est déchirée depuis des mois sur la question de l'indépendance, et préserver le redressement économique dans une des régions les plus riches d'Espagne.

Le gouvernement séparatiste de Catalogne n'a pas laissé à Madrid d'autre choix, selon lui. "Le gouvernement a été obligé d'appliquer l'article 155 de la Constitution. Ca n'était ni notre souhait, ni notre intention", a-t-il expliqué.

Carles Puidgemont doit faire une déclaration à 21H00 (19H00 GMT), selon un porte-parole officiel de la Generalitat, le gouvernement catalan. L'ambiance est tendue en Catalogne, où une manifestation est prévue à 17H00 (15H00 GMT) à Barcelone pour réclamer la libération de deux leaders indépendantistes emprisonnés pour sédition.

La France et l'Allemagne ont fermement condamné ses efforts en vue de la sécession et l'UE répète qu'elle ne reconnaîtra pas l'indépendance de la Catalogne, qui s'exclurait automatiquement de l'Union.

Vendredi, le président du Parlement européen Antonio Tajani avait dénoncé avec virulence ceux qui "sèment la discorde (et) ignorent volontairement les lois", dans une allusion transparente aux dirigeants catalans qui défient l'Etat depuis deux ans.

Emmenées par les deux plus grandes banques catalanes, Caixabank et Sabadell, près de 1.200 entreprises ont transféré leur siège social hors de Catalogne, les investissements sont suspendus et les réservations d'hôtel chutent dans la région la plus touristique d'Espagne. (Avec afp)






Samedi 21 Octobre 2017 - 16:51





Nouveau commentaire :
Twitter