Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





En Belgique, les étrangers ne se bousculent pas pour voter


Vendredi 27 Avril 2012 modifié le Vendredi 27 Avril 2012 - 12:02




Question importante de la campagne présidentielle française, le droit de vote des étrangers est devenu une réalité en Belgique mais son impact politique reste très limité en raison du faible intérêt des électeurs potentiels à exercer ce nouveau droit civique.

Le vif débat qui agite actuellement la France replonge le royaume une décennie en arrière. En 2004, à l'issue d'années de négociations, les députés adoptaient la loi accordant le droit de vote pour les élections municipales aux ressortissants des pays hors Union européenne habitant depuis au moins cinq ans en Belgique.

Huit ans plus tard, "la question ne fait plus guère polémique et les inquiétudes se sont en bonne partie évanouies", constate Pascal Delwit, politologue à l'Université libre de Bruxelles (ULB).

A l'instar d'autres experts, il estime toutefois que le succès de cette réforme devra être évalué dans la durée. Car sa mise en oeuvre, à l'occasion des élections municipales de 2006, a été difficile et même qualifiée de "fiasco" par une partie de la presse. Seuls 128.000 des 640.000 nouveaux électeurs potentiels s'étaient en effet inscrits pour voter, n'augmentant que de 1,6% le corps électoral.

"La campagne de sensibilisation menée par les pouvoirs publics n'avait pas été à la hauteur et les partis ne s'étaient pas suffisamment mobilisés", souligne l'universitaire et sénateur socialiste Hassan Bousetta, qui a réalisé des études sur cette élection.


Marocains et Turcs courtisés

Pour voter, un étranger, qu'il soit ressortissant d'un pays de l'UE ou non, doit effectuer la démarche de s'inscrire sur les listes, ce qui n'est pas le cas des Belges, inscrits d'office puisque le vote est obligatoire.

Un résident non européen doit en outre signer un document dans lequel il s'engage à respecter "la Constitution, les lois belges et la Convention européenne des droits de l'homme". Cette obligation avait été réclamée par une formation de centre droite en échange de son soutien à la loi.

La réforme sera testée une deuxième fois aux municipales d'octobre prochain, un scrutin pour lequel les autorités espèrent convaincre plus de 25% des étrangers d'aller voter, contre 14% en 2006.

Dans les grandes villes comme Bruxelles, Anvers et Liège, les partis ont compris leur intérêt à mobiliser ces nouveaux électeurs, qu'ils soient européens ou non.

Ceux de droite tentent ainsi de convaincre les 120.000 résidents français, qui ont davantage voté Nicolas Sarkozy que François Hollande au premier tour de la présidentielle. Les formations de gauche ciblent plutô t les 150.000 Italiens, fiers d'avoir vu un fils d'immigrés, le socialiste Elio di Rupo, se hisser au poste de Premier ministre.

Très nombreux à Bruxelles, les Marocains et les Turcs sont courtisés par le Parti socialiste francophone, tandis que les Africains le sont par la formation du centre CdH.


Echecs des listes islamistes

Ces minorités comptent déjà de nombreux conseillers municipaux ou régionaux, élus en tant que Belges depuis que la procédure d'acquisition de la nationalité a été simplifiée à la fin des années 1990, ce qui a provoqué une flambée temporaire des naturalisations.

"Les rapports de force politiques ont ainsi changé dans certaines zones. Mais ces nouveaux électeurs votent très majoritairement pour les grands partis et non pour les petites formations, qui ont toutes échoué", relève M. Delwit. Ont ainsi mordu la poussière des listes islamistes lancées dans des quartiers peuplés de Maghrébins ou de Turcs.

"Ces électeurs ont toutefois tendance à donner une prime aux candidats originaires de leur communauté, qu'ils connaissent souvent", indique M. Bousetta. "Cela a poussé les partis traditionnels à diversifier leurs listes et à être actifs dans des quartiers populaires qu'ils avaient tendance à délaisser car leur intérêt électoral était moindre", selon lui.
Vendredi 27 Avril 2012 - 10:41

Jérôme RIVET (AFP)




Nouveau commentaire :
Twitter