Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Elèves et professeurs se mobilisent contre l’expulsion d’un lycéen marocain


Mercredi 23 Janvier 2013 modifié le Jeudi 24 Janvier 2013 - 09:16




Elèves et professeurs se mobilisent contre l’expulsion d’un lycéen marocain
Enseignants, lycéens, parents d’élèves, élus et simples citoyens soutenus par le Réseau Education sans frontières (RESF), ont manifesté mardi devant le lycée Goudou Leseurre à La Varenne Saint Hilaire, en banlieue parisienne, pour exiger le retour en France du lycéen marocain Aymane El Ouardi (18 ans) qui s’est fait expulser, le 12 janvier, vers le Maroc, après avoir été arrêté pour le vol d’une veste dans un magasin de sport. RESF a également lancé une pétition qui a reçu jusqu’à présent 1500 signatures d’élus, enseignants et militants des droits de l’homme.
Arrivé à l’âge de 15 ans, Aymane avait rejoint sa famille du côté maternel, grands parents, oncles et tantes, tous Français. Son oncle, Mohamed Nhari, boulanger de profession, l’avait pris en charge.

Scolarisé avant 16 ans, il aurait dû être régularisé en application de la circulaire Valls du 28 novembre 2012… s’il avait réussi à obtenir un rendez-vous à la préfecture de Créteil. Mais, comme des centaines d’autres, il en a été empêché par l’infernal système de prise de rendez-vous par Internet en place dans cette administration : il faut passer des semaines devant l’écran pour avoir une chance de décrocher un des rares rendez-vous au moment où ils sont proposés.

Contrôlé par la police le 4 janvier, il était placé en centre de rétention et expulsé huit jours plus tard. Le même jour, un autre lycéen, Tunisien celui-là, habitant Le Mans, était lui aussi expulsé : arrêté le matin même, il était embarqué dans l’avion l’après-midi.

Ainsi, en un seul jour, Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur de François Hollande réussissait à expulser autant de lycéens que Guéant (ministre de Sarkozy) en 2011. Il en va ainsi des familles ayant des enfants scolarisés et des lycéens qui bénéficient du soutien des écoles et des lycées. C’est ainsi qu’en janvier 2010, Eric Besson, alors ministre de l’Immigration, avait fait expulser Najlae, lycéenne marocaine d’Orléans et Mohamed, lycéen marocain de Colombes. Tous deux étaient revenus en quelques semaines tout au plus, suite aux manifestations de leurs professeurs et de leurs camarades. Ilyass, l’un des deux lycéens expulsés en 2011 par Guéant était revenu d’Algérie grâce à la solidarité de ses copains et de ses profs.

C’est donc un signal clair qu’a envoyé Valls avec l’expulsion de deux lycéens en un seul jour : l’affichage public de sa volonté de procéder à autant d’expulsions que Guéant (30 000) et de ne pas accorder davantage de régularisations. Sa circulaire du 28 novembre, dite de ‘’régularisation exceptionnelle’’ mérite bien son nom : seule une petite minorité des travailleurs sans papiers en France depuis plus de 5 ans, des familles présentes depuis 5 ans et ayant des enfants scolarisés depuis 3 ans au moins et des lycéens sans papiers seront réellement régularisés. Et sur des critères bien plus restrictifs que ceux de la circulaire tout aussi exceptionnelle de Nicolas Sarkozy en 2006.

Mercredi 23 Janvier 2013 - 18:56

Par Ahmed Elmidaoui





1.Posté par eluardi le 01/03/2013 18:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
merci a tous ceux qui soutien mon frere Aymane doit pouvoir retrouver sa famille française, ses copains, ses études et le sourire et une vie normal ..!!!!

Nouveau commentaire :
Twitter