Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Electeurs issus de l'immigration : pourquoi une telle abstention ?


Leïla Madani


Le spectre de l'abstention plâne de nouveau sur le second tour des élections régionales dans les quartiers sensibles: conséquence du désenchantement des électeurs issus de l'immigration.




Electeurs issus de l'immigration : pourquoi une telle abstention ?
Les nouveaux records d'abstention enregistrés lors du premier tour des régionales en France, notamment dans les banlieues, suscitent bien des interrogations. Pourquoi, la ville des Mureaux dans les Yvelines a-t-elle affiché un taux d'abstention record de 71,2% le 14 mars?
Comment expliquer que le taux de participation ait varié de 10 à 20% selon les bureaux? Même scénario à Trappes avec 69,7% d'abstention. C'est également le cas pour Sartrouville. Le phénomène ne se limite pas à l'Ile-de-France. Il sévit à Lyon, Toulouse, Montpellier et dans la plupart des grandes villes, avec parfois jusqu'à trente points d'écart entre les bureaux de vote situés dans des zones urbaines sensibles et ceux des quartiers plus riches.
Certes ce désintérêt peut s'expliquer par le caractère régional du scrutin, il marque toutefois une profonde indifférence de la part de populations confrontées à des processus de ségrégation sociale et ethnique. Elles ne perçoivent plus l'intérêt d'aller voter, s'estimant exclues du système économique et par conséquent du système politique.
L'exemple de Clichy-sous-Bois est le plus parlant. Plusieurs candidats, issus du monde associatif n'ont pas réussi à convaincre les jeunes de se rendre aux urnes. La participation dans cette ville a chuté de 26 points par rapport à 2004. A Gennevilliers, la situation n'est guère enviable à la cité du Luth: 70% d'abstention.
Ces chiffres résultent également de l'absence notoire des candidats sur le terrain. Peu d'entre eux vont à la rencontre des électeurs dans les quartiers sensibles. Une réalité que déplorent les représentants associatifs. Les projets électoraux restent méconnus faute d’une campagne électorale de proximité.
L'effondrement de la participation s'explique aussi par la déception des électeurs face à l'action du gouvernement. Le débat sur l'identité nationale lancé par Eric Besson, les thèmes de l'insécurité et de l'immigration repris par la droite n'ont fait que renforcer le Front National, et ont conduit à un désenchantement des français issus de la diversité. Cette indifférence est perceptible chez ceux qui n'ont même pas pris la peine de s'inscrire sur les listes électorales. Ce qui porte à croire que le nombre d'inscrits ne correspond pas à la réalité de la sociologie des quartiers. Selon Luc Bronner, journaliste au Monde et auteur de «La loi du ghetto» (Editions Calmann-Lévy), les chiffres de l'abstention sous-estiment cette crise démocratique. Le problème réside dans la ghettoïsation.
«Les politiques menées en direction de ces quartiers et la rénovation urbaine ne permettent pas de l'enrayer. L'absentions est un prolongement de cette ghettoïsation».
La question est à présent de savoir si le recours au système électoral a encore un sens pour cette partie de la population qui rejette les institutions. Pour reprendre leurs propos, les jeunes disent qu'«ils ne calculent plus la politique».

atlasinfo
Samedi 20 Mars 2010 - 19:05



Samedi 20 Mars 2010 modifié le Dimanche 21 Mars 2010 - 14:05


1.Posté par kader le 22/03/2010 16:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Madame MADANI.

Vous pourriez par correction, madame, lorsque vous écrivez un article résumé visiblement d'un débat sur France-info entre monsieur Luc BRONNER et Hassan BEN M'BAREK porte parole du collectif respect qui plus de 100 assocations de quartiers mentionner d'ou viennent les conclusions de votre article.

Petite remarque:" l'abstention n'est pas le prolongement de la ghettoïsation", c'est n'importe quoi c'est pourquoi il faut mettre vos sources

2.Posté par Karim le 23/03/2010 22:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je pense que dans cet article, la journaliste cite bien les propos de Luc Bronner qui n'engagent que lui-même. La divresification des avis est bonne pour la richesse du débat même si je ne suis pas non plus un adepte des thèses du journaliste du Monde. Je pense que l'abstention est le fait d'un désenchantement total dans nos politiques et leurs promesses volatiles...

Nouveau commentaire :
Twitter

France | Maghreb | Atlas Eco | Société | Sport | Culture & Médias | International | Religion | Environnement | Opinion | Décryptages | Informations légales | Sience & Santé | Lu dans la presse | Fil direct | Les indiscrets | Atlas des livres | Opinions | Entretiens