Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Egypte: propos controversés d'un ministre sur le "fils de balayeur", l'ambassadeur britannique ironise


Mercredi 13 Mai 2015 modifié le Mercredi 13 Mai 2015 - 19:26

L'ambassadeur de Grande-Bretagne au Caire a réagi mercredi avec ironie aux propos controversés de l'ex-ministre de la Justice égyptien, qui a démissionné après avoir affirmé que la fonction de magistrat ne pouvait être confiée à un fils de balayeur.




"Tu veux travailler à l'ambassade britannique? Nous accueillons tout le monde, nous accueillons le fils du balayeur", a écrit en arabe l'ambassadeur britannique, John Casson, sur son compte Twitter, en partageant une offre d'emploi de l'ambassade.

L'ex-ministre de la Justice Mahfouz Saber a démissionné lundi suite au tollé déclenché sur les réseaux sociaux par ses déclarations controversées.

La veille, sur le plateau d'une chaîne de télévision, il expliquait en effet que le métier de magistrat était "prestigieux" et jouissait d'"un certain statut", estimant que le candidat devait venir d'un "milieu respectable".

Interrogé par le journaliste sur la possibilité pour un fils de balayeur d'accéder à cette fonction, il avait répondu: "il sombrerait dans la dépression et il abandonnerait".

Sur les réseaux sociaux, les réactions au tweet de l'ambassadeur britannique ont été rapides.

"Nous exigeons que l'ambassadeur britannique soit nommé ministre de la Justice", a ainsi commenté un utilisateur sur son compte Twitter.

"Les ambassades ne doivent pas s'ingérer dans les affaires internes (d'un pays). Ils ne vous ont pas enseigné cela?", s'est indignée une autre utilisatrice.

En Egypte, plus d'un quart de la population vit sous le seuil de pauvreté selon des statistiques du gouvernement, mais ce taux est probablement bien plus élevé dans la réalité, une immense partie de la richesse du pays étant concentrée entre les mains d'une toute petite portion de la population.

Mercredi 13 Mai 2015 - 19:23

Avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter