Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Ecoutes téléphoniques: "la France des droits de l'Homme a bien changé" (Sarkozy)


Vendredi 21 Mars 2014 modifié le Vendredi 21 Mars 2014 - 16:50

L'ancien président français Nicolas Sarkozy, placé depuis huit mois sur écoutes téléphoniques, a affirmé que "la France des droits de l'Homme a bien changé", soulignant que "les principes sacrés de la République sont foulés aux pieds avec une violence inédite et une absence de scrupule sans précédent".




"Qui aurait pu imaginer que, dans la France de 2014, le droit au respect de la vie privée serait bafoué par des écoutes téléphoniques? Le droit au secret des conversations entre un avocat et son client volontairement ignoré? La proportionnalité de la réponse pénale, au regard de la qualité des faits supposés, violée? La présomption d'innocence désacralisée? La calomnie érigée en méthode de gouvernement? La justice de la République instrumentalisée par des fuites opportunément manipulées?", s'est-il interrogé dans une tribune publiée vendredi par le quotidien "Le Figaro".

"En vingt mois, j'ai subi quatre perquisitions qui ont mobilisé trois juges et quatorze policiers. J'ai été interrogé durant vingt-trois heures parce que l'on me suspectait d'avoir profité de la faiblesse d'une vieille dame! Des milliers d'articles rédigés à charge ont été publiés", a rappelé l'ancien chef de l'Etat français, estimant qu'il a été mis sur écoute en septembre 2013 pour "des faits supposés de corruption qui auraient été commis en 2007!".

"On le fait, non parce que l'on dispose d'indices, mais parce que l'on espère en trouver", a-t-il noté, ajoutant qu'"il ne s'agit pas des agissements de tel dictateur dans le monde à l'endroit de ses opposants. Il s'agit de la France".

La réaction de l'ancien président français intervient après la révélation d'écoutes téléphoniques avec son avocat, faisant état de soupçons de trafic d'influence qui embarrasse Nicolas Sarkozy depuis dix jours.

Des extraits de ces écoutes ont été publiés la semaine dernière par les médias français.

Vendredi 21 Mars 2014 - 16:32






1.Posté par Schmitt le 21/03/2014 16:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cet épisode doit être mis en parallèle avec la lettre que le secrétaire générale de la magistrature adressait au ministère de l'intérieur pour leur demander de respecter les procédures pour les écoutes. Sans de l'anticipation, pour couvrir sa ministre avant le déchainement prévu ?

2.Posté par Georges profonde le 21/03/2014 18:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La tribune publiée dans le Figaro est un faux grossier.
Comment notre ancien président, qui n'a d'autres préoccupations que le sort des Français et le destin du monde pourrait-il être l'auteur d'un pareil monument de narcissisme? Comment pourrait-il s'abaisser à faire ces ronds dans l'eau avec des peccadilles judiciaires?
Cette réflexion nostalgique "Décidément la France des Droits de l'homme a bien changée..." peut-elle sérieusement provenir de celui qui n'a cessé de fustiger les gesticulations des "droits-de-l'hommistes"?
A l'évidence, il s'agit d'un complot. Celui qui a tenu la plume pour commettre cet abominable apocryphe destiné à ruiner définitivement la carrière politique de Nicolas Sarkozy ne peut être qu'Edwy Plenel, à moins qu'il ne s'agisse de Gérard Davet ou de Fabrice Lhomme, tous amis de François Hollande!
A deux jours du premier tour des élections municipales, est-ce un hasard?
Les Français ne seront pas dupes!

3.Posté par François le 24/03/2014 17:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En matière de respect de la vie privée je suis bien le premier à me plaindre de la France. Et Monsieur Sarkosy n'a rien fait pour que ma situation change... François Bruneau.

Nouveau commentaire :
Twitter