Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Echec de la fusion entre BAE Systems et EADS


Mercredi 10 Octobre 2012 modifié le Mercredi 10 Octobre 2012 - 22:36




Une fusion d'EADS et de BAE Systems créerait le numéro un mondial de l'aéronautique loin devant l'américain Boeing.
Une fusion d'EADS et de BAE Systems créerait le numéro un mondial de l'aéronautique loin devant l'américain Boeing.
La compagnie britannique de défense BAE Systems a annoncé, mercredi, l'échec de son projet de fusion avec l'avionneur européen EADS.

L'échec est dû aux divergences entre les gouvernements britannique, français et allemand, a dit la compagnie dans un communiqué.

"Nous sommes évidemment déçus de ne pas avoir pu obtenir un accord acceptable avec nos différents gouvernements", a dit Ian King, Président exécutif de BAE Systems.

L'annonce de l'échec du projet intervient suite aux entretiens, tenus mardi à Bruxelles, entre le ministre britannique de la Défense, Philip Hammond, avec ses homologues français et allemand.

Le Royaume-Uni voulait que les Français et les Allemands réduisent leurs participations étatiques au capital d'EADS avant de donner son aval au projet de fusion qui visait la création du plus grand groupe mondial d'aéronautique et de défense.

La réduction de ces participations représentait, comme l'avait affirmé le ministre de la Défense Philip Hammond, "une ligne rouge" pour le gouvernement britannique.

A rappeler que 45 députés du parti conservateur, qui dirige le gouvernement de coalition britannique, avaient invité le Premier ministre David Cameron à s'opposer au projet, en avertissant que la fusion risque de céder le contrô le de la stratégique industrie britannique de défense aux gouvernements français et allemand.

BAE Systems s'était alignée, elle aussi, sur la position du gouvernement britannique, qui avait menacé d'user de son poids au sein de cette compagnie pour opposer son veto à tout changement du statut de la compagnie britannique, surtout que le projet de fusion donnait naissance à une nouvelle entité dont EADS, déjà contrôlée par les Allemands et les Français avec près de 23 % des actions, détiendrait 60 % et BAE Systems 40 % seulement.

Par ailleurs, la nouvelle de l'échec de la fusion a entrainé une baisse de l'ordre de 2 pc de la valeur des actions de BAE Systems à la bourse de Londres, au moment où celles d'EADS ont augmenté de 3 %.




Mercredi 10 Octobre 2012 - 18:37

Avec agences




Nouveau commentaire :
Twitter