Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Dominique de Villepin: cap sur 2012?


Jeudi 14 Avril 2011 modifié le Jeudi 14 Avril 2011 - 09:35

Entre les candidatures de François Hollande et de Nicolas Hulot, et l’émancipation de Jean-Louis Borloo, Dominique de Villepin a bien du mal à exister en ce moment. L’ancien Premier ministre n’a pas pour autant renoncé à la grande bataille de 2012.




Dominique de Villepin: cap sur 2012?
L'ancien Premier ministre, qui présente ce jeudi à la presse son "projet" politique, a toutefois soigneusement évité de se prononcer clairement sur son éventuelle candidature.

"J'attends que les Français soient dans l'élection présidentielle", a-t-il déclaré jeudi sur France Info. "Aujourd'hui démarre le temps du projet, (...) la campagne démarrera au tournant de l'année, je pense cette fois-ci un peu plus tard compte tenu de l'encombrement des routes", a-t-il ajouté.

"Il faut que tout cela se dissipe un peu, que les écrans de fumée disparaissent et nous aurons alors le véritable paysage politique et nous saurons ce à quoi aspirent les Français".

Dans son projet comme le révèle Le Parisien, le leader gaulliste a placé la "citoyenneté", avec la création d'un "statut du citoyen", et d'un "revenu citoyen" de 850 euros, ouvert aux plus de 18 ans n'ayant aucune ressource et, d'une manière dégressive, à tous ceux qui gagnent moins de 1.500 euros. Une mesure de "30 milliards, la seule nouvelle dépense" de son projet, "essentielle pour débloquer le système".

Il entend favoriser la citoyenneté grâce à des référendums nationaux réguliers, d'initiative populaire et en les légalisant à l'échelle locale. Il souhaite aussi rendre le vote obligatoire et instaurer un "service citoyen" obligatoire pour une période d'un an fractionnable de 18 à 25 ans.

En matière de libertés, il souhaite préserver l'indépendance des médias en interdisant leur propriété aux groupes vivant de la commande publique, et celle de la Justice avec la création d'un "Procureur de la Nation", proposé par le Conseil supérieur de la magistrature et investi aux 3/5e par le Parlement.

Au total, le projet est évalué à 273 milliards d'euros sur cinq ans dont 90 Mds consacrés à la réduction des déficits.

Mais l'objectif de Villepin reste de s'assurer un soutien politique indispensable. "Il faut qu’il y ait un appel du peuple, pour qu’il soit candidat, c’est évident. Le gaullisme c’est ça", confirme le député villepiniste Marc Bernier. Et si l’opinion ne répond pas ? "Il n’est pas idiot, il tirera les conclusions qui s’imposent", poursuit l’élu, qui assure que Dominique de Villepin n’ira "sûrement pas" pour récolter 5% des voix.

Dominique de Villepin est donc encore loin d’être candidat, d’autant que les obstacles sont nombreux. Début mai, il devra ainsi faire face à son procès en appel dans l’affaire Clearstream.

Surtout, il lui faudra trouver un espace électoral qui risque d’être encombré si François Bayrou et Jean-Louis Borloo sont candidats. "Le seul qui ait un projet politique global, c’est Dominique de Villepin", positive le député Jacques Le Guen, avant de verser dans la métaphore sportive : "c’est un coureur de marathon. Et le marathon, il faut être costaud pour aller jusqu’au bout. Et celui qui part trop vite s’effondre encours de route."

L’entourage de Dominique de Villepin assure qu’il se déclarera officiellement cet automne. Même si ses deux rencontres récentes avec Nicolas Sarkozy ont pu laisser croire qu’il se rallierait au chef de l’Etat. "Personne ne croit que Dominique sera candidat. Ce sera donc un événement quand il l’annoncera", conclut, catégorique, un de ses proches.

Jeudi 14 Avril 2011 - 09:24





Nouveau commentaire :
Twitter