Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Dominique De Villepin devient opposant officiel à Nicolas Sarkozy


Vendredi 18 Juin 2010 modifié le Lundi 21 Juin 2010 - 14:24




Dominique De Villepin devient opposant officiel à Nicolas Sarkozy
Si ce n’est pas un acte de résistance de guerre contre Nicolas Sarkozy, cela y ressemble fortement. Dominique de Villepin, ancien premier ministre de Jacques Chirac, figure notoire de la droite française lance ce samedi 19 juin son propre parti politique. La finalité politique d’un tel projet est écrite sur son fronton : Constituer « une alternative » à Nicolas Sarkozy. Et le message revendiqué d’une telle initiative est, sinon de faire battre l’actuel président de la république, du moins de lui rendre la vie et la campagne électorale extrêmement difficile.

Pour qu’un homme de droite comme Dominique De Villepin puisse adopter un tel langage de rupture et de défi à l’égard du leader de sa propre famille politique, souvent beaucoup plus tranchant que le plus impitoyable opposant de gauche, il faut que quelques chose de presque « para-politique » soit passé par là. Dans la relation entre les deux, la dramaturgie shakespearienne peut ressembler à un conte d’aventure pour adolescents.

Tant la haine aveugle, la rancune tenace, la détestation obsessionnelle ont configuré leurs liens. Quand Sarkozy, suite à la célèbre affaire Clearstream, promet de pendre la tête de De Villepin sur un crochet de boucher et qu’il agit en conséquence pour préparer le décor de la potence, l’ancien premier ministre de Jacques Chirac ne semble avoir d’autres choix que de tendre sa nuque soumise au bourreau ou de se rebeller.

Tout en opposant à Nicolas Sarkozy une farouche résistance judiciaire qui avait abouti à sa relaxe dans le premier round de l’affaire Clearstream, Dominique De Villepin a choisi le terrain politique pour prendre sa revanche. Il s’agit de transformer, ce que lui a senti comme un énorme mouvement de solidarité et sympathie à son égard, en force politique organisée. Coaguler tous ceux qui se reconnaissent dans sa position de défiance à l’égard de Nicolas Sarkozy.

Dominique De Villepin ira les chercher dans les rangs traditionnels de l’UMP auxquels le style de gouvernance de Nicolas Sarkozy donne des haut-le-cœur, dans les rangs centristes trop déçus que la politique d’ouverture pratiquée par le président de la république ait bénéficié davantage aux adversaires plutôt qu’aux fideles alliés.

Pour Nicolas Sarkozy et ses amis, officiellement la démarche de Dominique De Villepin ne fera même le « Pschitt » rendu célèbre par Jacques Chirac. Alors que dans la réalité, Dominique De Villepin est une vraie obsession pour Nicolas Sarkozy. La meilleure preuve est que lors du dernier remaniement et alors que personne ne l’attendait, il ouvre les portes du ministère à un proche de Dominique De Villepin, Georges Tron qu’il nomme au secrétariat d’Etat à la fonction publique. Et depuis, de nombreux proches de Dominique De Villepin dont les députés François Goulard, Anne Marie Montchamp, Guy Geoffroy et Hervé Mariton ont été reçus par Nicolas Sarkozy. Objectif : les convaincre de ne pas suivre De Villepin dans son aventure.

Sur ce terrain, les deux hommes, Sarkozy et De Villepin, poursuivent la même stratégie de division mais à effet opposé. Le premier veut empêcher le second de former un noyau dur susceptible de fédérer les mécontents contre lui. Le second veut empêcher le premier d’unir les composantes de sa propre famille politique, une incontournable condition pour prétendre gagner la prochaine présidentielle.


Mustapha Tossa
(pour Atlasinfo et Aujourd'hui le Maroc)

Vendredi 18 Juin 2010 - 23:22





Nouveau commentaire :
Twitter