Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Deux Tunisiens et trois Yéménites de Guantanamo transférés au Kazakhstan (Pentagone)


Mercredi 31 Décembre 2014 modifié le Mercredi 31 Décembre 2014 - 07:41

Deux des trois derniers Tunisiens de Guantanamo et trois Yéménites ont été transférés mardi soir au Kazakhstan, a annoncé le Pentagone, ce qui laisse 127 détenus dans la prison que le président Barack Obama a promis de fermer.




Les cinq hommes, qui n'avaient été ni inculpés ni jugés et dont la libération avait été approuvée avant 2010, l'un sous l'administration Bush, étaient tous enfermés depuis plus de onze ans dans la prison de Guantanamo à Cuba. Transférés sur un vol militaire américain, ils sont arrivés au Kazakhstan mardi soir à 23h15 heure de Washington (mercredi 04h15 GMT), a indiqué à l'AFP le lieutenant-colonel Myles Caggins, porte-parole du Pentagone.

Ce nouveau transfert groupé illustre les efforts qu'a entrepris l'administration Obama pour accélérer le retour des hommes "libérables" dans le but ultime de fermer la prison.

Il porte à 28 le nombre de détenus ainsi transférés en 2014.

A l'approche du 13e anniversaire de l'arrivée des premiers détenus, le 11 janvier 2002, sur cette base navale américaine à Cuba, la population carcérale de Guantanamo est désormais de 127 hommes, dont 59 ont vu leur libération approuvée dans leur pays d'origine ou un pays tiers.

Il s'agit des Tunisiens Lotfi Ben Ali, 49 ans, alias Mohammed Abdoul Rahman, dont la libération avait été approuvée dès 2006, et Adel Al-Hakeemy, 49 ans.

Les trois autres hommes libérés sont les Yéménites Asim Thabit Abdullah al-Khalaqi, 46 ans, Mohammed Ali Hussein Khanaynah, 46 ans, et Sabri Mohammed Ibrahim al-Qurashi, 44 ans.

"Conformément aux réquisitions légales, le secrétaire à la Défense (Chuck Hagel) a informé le Congrès de l'intention des Etats-Unis de transférer ces individus", précise un communiqué du Pentagone, soulignant que cette libération a été coordonnée avec le gouvernement du Kazakhstan pour s'assurer qu'il se déroule dans les "conditions de sécurité et de droits de l'homme appropriées".
Mercredi 31 Décembre 2014 - 07:40

AFP




Nouveau commentaire :
Twitter