Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Délocalisation au Maroc : le Stif n'a pas eu "d'autre choix" pour Huchon


Vendredi 27 Juillet 2012 modifié le Samedi 28 Juillet 2012 - 02:44

Le président du Stif revient sur les raisons qui l'ont poussé à attribuer un marché à un prestataire disposant d'une plate-forme téléphonique au Maroc en raison du code des Marchés publics.




Jean-Paul Huchon répond à Arnaud Montebourg que le Stif "n'a eu d'autre choix" que d'attribuer un marché à un prestataire disposant d'une plate-forme téléphonique au Maroc en raison du code des Marchés publics, au risque de supprimer quatre-vingts emplois en France, a écrit son président Jean-Paul Huchon (PS) au ministre du redressement productif Arnaud Montebourg.

Pour Jean-Paul Huchon, il est "nécessaire" de mieux prendre en compte dans les textes qui régissent la commande publique des risques encourus. "La rédaction actuelle du code des marchés publics, issue des directives européennes, ne permet pas de favoriser l'exécution de prestations sur le territoire national, voire européen", accuse Jean-Paul Huchon. "Les marchés de prestations qui requièrent une part importante de main d'oeuvre n'échappent pas à ce principe que la jurisprudence communautaire consacre régulièrement", relève-t-il.

De son côté, M. Montebourg a indiqué vendredi sur Europe 1 avoir demandé à M. Huchon de "reconsidérer" cette décision, "en remettant l'appel d'offres sur le métier". Il a ajouté qu'il souhaitait que "dans les services publics, dans la commande publique, nous ne soyons pas prisonniers de règles qui contribuent à délocaliser les emplois". Le gouvernement se bat "pour les relocaliser ce n'est pas pour accepter qu'on les délocalise".

Du côté de l'UMP, Valérie Pécresse estime que la gauche a été prise "en flagrant délit de contradiction". Enfin, pour Steeve Briois du FN, "les socialistes plongent dans l'obscénité".

Vendredi 27 Juillet 2012 - 11:57

Avec agences




Nouveau commentaire :
Twitter