Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Décès de Abdellatif El Gharbi: la presse marocaine perd l’un de ses illustres pionniers


Samedi 22 Mai 2010 modifié le Dimanche 23 Mai 2010 - 00:46

La presse marocaine a perdu en la personne de Abdellatif El Gharbi, décédé vendredi après-midi, l’un de ses pionniers qui donnait l’exemple de journaliste engagé qui maîtrisait ses outils et appréciait à sa juste valeur la liberté responsable.




Décès de Abdellatif El Gharbi: la presse marocaine perd l’un de ses illustres pionniers
Le défunt a été une icône de la presse nationale, notamment sportive, qui lui doit une contribution inestimable à l’édification de ses bases et l’orientation des différentes générations qui ont tiré profit de ses connaissances, en plus de sa participation à la création de l’Association marocaine de la presse sportive (AMPS), qu’il a chapeautée de 1971 à 1989.

La générosité, la polyvalence, la sincérité, la volonté et la bonne foi étaient autant de qualités du défunt qui ont marqué son entourage.

Durant 40 ans, il a couvert de grands événements politiques, sportifs et culturels, dont les négociations maroco-françaises en 1955 et les Jeux olympiques d’Helsinki en Finlande, en 1952.

Après l’indépendance du Maroc, il a intégré la Radio marocaine. Constatant qu’une radio populaire ne peut être bien installée sans un service sportif, il s’est attelé à mettre en place ce service avec une vague de jeunes journalistes, tels son frère Ahmed, décédé il y a quelques années et feu Abdellatif El Bacha, feu Noureddine Guédira et feu Mohamed Zouine, ou encore Houcine Hayani, Mohamed Bennani et Mohamed Tarik.

Le 3 mars 1962, Abdellatif El Gharbi a été nommé administrateur de la télévision marocaine jusqu’au mois de juillet 1964, avant de rejoindre l’Agence Maghreb Arabe Presse (MAP), en tant que rédacteur en chef, de 1975 à fin 1976, pour regagner ensuite la RTM.

En 1977, il est nommé au cabinet du ministre de l’Information, El Arbi Khattabi jusqu’en 1978, avant de devenir chef du cabinet de feu Maâti Bouabid, Premier ministre et ministre de la Justice, puis chef de cabinet du ministre de la Jeunesse et des Sports, Abdellatif Semlali (de 1981 à fin 1984).

El Gharbi, devenu interprète-traducteur assermenté, a assuré la présidence de l’AMPS de 1971 à 1989.

L’ex-président de l’AMPS, Najib Salmi a souligné que «le défunt était un journaliste complet, un grand intellectuel et une véritable référence pour la presse marocaine».
Samedi 22 Mai 2010 - 23:33

Atlasinfo avec emarrakech




Nouveau commentaire :
Twitter