Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Dati "choquée" par Longuet voyant en Marine Le Pen "un interlocuteur"


Mardi 1 Mai 2012 modifié le Mercredi 2 Mai 2012 - 07:37




Dati "choquée" par Longuet voyant en Marine Le Pen "un interlocuteur"
L'ex-ministre de la Justice de Nicolas Sarkozy, Rachida Dati, a déclaré mardi qu'elle était "choquée" par les propos du ministre de la défense Gérard Longuet voyant en la présidente du Front national, Marine Le Pen, "un interlocuteur" possible, contrairement à son père.

Il est possible de "parler" avec Marine Le Pen, dont l'électorat "patriote" doit voter pour Nicolas Sarkozy au second tour de l'élection présidentielle pour faire obstacle au "socialo-communisme", estime le ministre de la Défense Gérard Longuet.

Ces propos, tenus dans une interview à l'hebdomadaire d'extrême droite Minute, une mouvance dont Gérard Longuet est lui-même issu, ont provoqué des critiques à droite et à gauche.

Le ministre juge "très respectable" le score de 17,9% des voix réalisé le 22 avril par la présidente du Front national.

"Cela indique une inquiétude des Français face à un monde en mutation", dit-il dans cet entretien à paraître mercredi. "Il y a dans l'électorat de Marine Le Pen une nostalgie d'une France plus classique, plus tranquille, plus établie."

"Je n'adhère absolument pas au fait qu'on puisse dire que Mme Le Pen est un interlocuteur (...) De même que je suis pour l'intégration des immigrés venus légalement en France et non pas pour le tri entre bons et mauvais immigrés", a riposté mme Dati.

Il y a six mois, un autre ministre, Thierry Mariani (Transports), chef de file de la Droite populaire, avait déjà provoqué des remous à droite pour avoir accordé un entretien à Minute.

L'équipe de campagne de M. Hollande a, elle aussi, dénoncé les déclarations de Gérard Longuet, y voyant le signe que "l'UMP n'en finit plus de sombrer dans une dérive pathétique pour récupérer les voix" du FN.

En 2010, M. Longuet, alors président du groupe UMP au Sénat, avait déclenché une polémique en jugeant préférable de nommer à la tête de la Halde (Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité) quelqu'un du "corps français traditionnel" plutôt que Malek Boutih (PS).

Mardi 1 Mai 2012 - 18:30





Nouveau commentaire :
Twitter