Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Crise syrienne : le sort d'Assad divise les participants à la réunion de Vienne


Samedi 31 Octobre 2015 modifié le Samedi 31 Octobre 2015 - 11:02


Le haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères, l'Italienne Federica Mogherini, qualifie toutefois la réunion d'historique.




La réunion de Vienne vendredi sur la crise syrienne a achoppé sur de nombreux points, dont le principal est le sort du président Bachar el-Assad, mais un processus a été mis en route, au moment même où les États-Unis annonçaient l'envoi pour la première fois de soldats au sol.

Pendant que les principaux acteurs diplomatiques du dossier syrien, y compris pour la première fois l'Iran, étaient réunis dans la capitale autrichienne, les États-Unis ont annoncé l'envoi d'un petit contingent de soldats d'élite en Syrie, assurant toutefois qu'ils ne participeraient pas directement aux combats.

Sortant de l'hôtel Impérial, à l'issue de huit heures de discussions entre une vingtaine de délégations, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a déclaré : « Nous avons abordé tous les sujets, même les plus difficiles. Il y a des points de désaccord, mais nous avons suffisamment avancé pour que nous nous retrouvions, dans la même configuration, dans deux semaines. »

« Le principal point de désaccord est le rôle futur de M. Bachar el-Assad », a ajouté le chef de la diplomatie française. « Mais il y a un certain nombre de points sur lesquels nous nous sommes mis d'accord, notamment sur le processus de transition, sur la perspective d'élections et la façon dont tout cela devait être organisé et sur le rôle des Nations unies. »

Réunion historique (haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères)

Les participants ont notamment estimé que l'État syrien devait être préservé et ont chargé les Nations unies de négocier un cessez-le-feu, a indiqué à la presse le secrétaire d'État américain John Kerry. Il a confirmé que son pays, la Russie et l'Iran « s'étaient mis d'accord pour ne pas être d'accord » sur le sort à réserver au président Assad, qui va certainement constituer dans les semaines et sans doute les mois à venir le point de divergence numéro un dans ces négociations internationales.

D'après le haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères, l'Italienne Federica Mogherini, « des problèmes importants subsistent, mais nous sommes parvenus à des points d'accord. Cette réunion n'a pas été facile, mais elle a été historique ».

Pendant que les diplomates étaient à l'œuvre à Vienne, Washington a annoncé l'envoi en Syrie, pour la première fois, d'une cinquantaine de soldats des forces spéciales ainsi que l'acheminement d'avions d'attaque au sol A-10 et de chasseurs F-15 sur une base aérienne turque voisine, afin d'accroître les capacités américaines de lutte contre les groupes extrémistes radicaux, en particulier le groupe État islamique.

« Difficile » solution politique

La stratégie américaine en Syrie « n'a pas changé », a toutefois assuré un porte-parole de la Maison-Blanche, assurant que les militaires envoyés sur place n'auraient pas de « missions de combat ». Même si personne ne s'attendait à Vienne à une avancée diplomatique majeure, notamment sur le rôle futur du président Assad, soutenu par Moscou et Téhéran, la simple présence de protagonistes aux positions encore très divergentes a été perçue comme un progrès.

Ont également pris part aux pourparlers de Vienne des représentants chinois, libanais et égyptiens, de même que les ministres français, britannique et allemand des Affaires étrangères. « Nous avons enfin réussi à rassembler autour d'une même table tout le monde sans exception », s'était félicité Sergueï Lavrov.

À l'issue de la réunion, il a déclaré que « le processus politique devrait désormais conduire à un accord entre les parties [syriennes] pour parvenir à la création d'une structure inclusive qui permette de régler les questions vitales pour le pays, de préparer une nouvelle Constitution et d'organiser des élections générales ». Pour l'instant, il n'est pas question d'une participation du gouvernement syrien ou de l'opposition au processus entamé à Vienne.

Les violences se poursuivent

La Russie, qui insiste avec l'Iran pour que le président syrien joue un rôle dans la transition politique à venir, a déclenché le 30 septembre une campagne de bombardements aériens en Syrie : Moscou a affirmé vendredi avoir détruit depuis cette date 1 623 « cibles terroristes ».

L'Iran apporte un soutien financier et militaire direct à Damas alors que l'Arabie saoudite soutient des groupes rebelles et participe aux frappes aériennes de la coalition internationale emmenée par les États-Unis contre le groupe djihadiste État islamique (EI).

Sur le terrain, les violences se poursuivent avec la même intensité : vendredi matin, le tir par les forces du régime d'une pluie de roquettes sur le marché de Douma, une banlieue de Damas tenue par la rébellion, a fait au moins 89 morts, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).
Samedi 31 Octobre 2015 - 11:00

Source AFP




Nouveau commentaire :
Twitter