Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Crise migratoire: Tusk à Istanbul pour demander à la Turquie d'en faire davantage


Vendredi 4 Mars 2016 modifié le Vendredi 4 Mars 2016 - 10:04

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, s'entretient vendredi à Istanbul avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, à qui il va demander de faire davantage pour lutter contre la crise migratoire, à trois jours d'un sommet européen crucial sur le sujet avec la Turquie.




De son côté, le président François Hollande reçoit dans la matinée la chancelière Angela Merkel à l'Elysée, pour tenter de trouver des remèdes à la crise qui fait tanguer le couple franco-allemand.

Jeudi, M. Tusk a prôné à Athènes de nouvelles mesures pour ralentir un flot migratoire "encore beaucoup trop élevé". Il a aussi tenté de décourager les migrants économiques: "Ne venez pas en Europe. Ne croyez pas les passeurs. Ne risquez pas vos vies et votre argent. Tout cela ne servira à rien".

Le président du Conseil a de nouveau fait d'un retour aux dispositions de l'espace Schengen, c'est-à-dire sans contrôles aux frontières intérieures pour freiner l'arrivée de migrants, une condition "préalable" à une solution à la crise.

Le commissaire européen à l'Immigration, Dimitris Avramopoulos, doit d'ailleurs présenter vendredi à la mi-journée une "feuille de route" pour restaurer la libre circulation en Europe.

Alors que la Turquie est de plus en plus considérée côté européen comme la clé pour résoudre une question qui divise l'UE, M. Tusk a profité jeudi d'un entretien avec le Premier ministre Ahmet Davutoglu pour rappeler que le flot des migrants restait "encore beaucoup trop élevé".

"D'autres mesures sont nécessaires", a jugé le responsable européen, suggérant la mise en place d'un "mécanisme rapide et à grande échelle destiné à renvoyer les migrants irréguliers qui arrivent en Grèce".

La Turquie a fait savoir mercredi qu'elle était prête à signer avec 14 pays un accord de réadmission sur son sol des migrants clandestins.
Vendredi 4 Mars 2016 - 10:03

Avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter