Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Corruption: le gouvernement marocain lance une campagne de "sensibilisation"


Lundi 10 Décembre 2012 modifié le Lundi 10 Décembre 2012 - 23:57




Corruption: le gouvernement marocain lance une campagne de "sensibilisation"
Le gouvernement islamiste du Maroc a annoncé lundi le lancement d'une campagne de "sensibilisation et de prévention" contre la corruption, quelques jours après un rapport d'une ONG soulignant les carences du royaume en la matière malgré les promesses électorales.

Ce programme, "établi selon une approche pédagogique", prévoit la diffusion de clips "TV et radio" ainsi que le recours à des affichages et d'autres supports de communication, selon un communiqué du ministère de la Fonction publique ajoutant qu'il devra "garantir une mobilisation générale".

Une des affiches montre des billets de banque passant d'une main à une autre, sur fond de rond barré en signe d'interdiction.

Le ministre de la Fonction publique Abdelâdim El Guerrouj a indiqué que cette campagne visait "à sensibiliser sur les dangers de ce fléau" en réaffirmant devant la presse "la forte volonté du gouvernement à mettre en oeuvre les dispositions de la nouvelle Constitution (adoptée en 2011 dans le contexte du Printemps arabe, ndlr), entre autres celles relatives à la bonne gouvernance".

Vendredi, l'ONG Transparency Maroc a accusé le gouvernement marocain de n'avoir réalisé aucun progrès dans la lutte contre la corruption, se basant en particulier sur la publication par Transparency International d'un classement 2012 dans lequel le royaume recule de huit places, à la 88e position (sur 176).

"Votre gouvernement n'a fait aucun progrès significatif dans la bonne direction", a écrit Transparency Maroc dans une lettre ouverte adressée au chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, dont le parti Justice et développement (PJD) avait fait de la corruption un cheval de bataille lors des législatives de fin 2011, qu'il a remportées.

Au début du mois, le président de l'Instance centrale de prévention de la corruption (ICPC), Abdesselam Aboudrar, a pour sa part affirmé qu'une nouvelle loi élargissant les prérogatives de l'ICPC verrait prochainement le jour.


Lundi 10 Décembre 2012 - 15:29





Nouveau commentaire :
Twitter