Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Contre les repas avec du porc, Sarkozy propose "la double ration de frites" aux élèves


Mardi 8 Novembre 2016 modifié le Mardi 8 Novembre 2016 - 18:03

En meeting ce lundi soir à Neuilly-sur-Seine, l'ex-président de la République a proposé que les élèves qui ne mangent pas de porc prennent "une double ration de frites" à la cantine le jour où l'on sert "des frites et une tranche de jambon". Sans autre plat de substitution.




Toujours pas question pour Nicolas Sarkozy de proposer des menus de substitution à la cantine. En meeting ce lundi soir dans son fief de Neuilly-sur-Seine, le candidat à la primaire de la droite, qui adopte une ligne dure depuis le début de la campagne, a de nouveau expliqué qu'il n'était pas question de servir des alternatives au porc dans les cantines scolaires pour les enfants qui n'en mangent pas pour des raisons religieuses.

"Je n'accepte pas dans nos écoles qu'il y ait des tables de juifs et des tables de musulmans", a lancé l'ex-président de la République, dans cette ville dont il a été le maire de 1983 à 2002.


"C'est la République"


"Si un élève vient d'une famille où on ne mange pas de porc, eh bien le jour à la cantine où il y a des frites et une tranche de jambon, le petit ne prend pas de tranche de jambon et prendra une double ration de frites", a-t-il ajouté.

"C'est la République. La même règle et le même menu pour tout le monde", s'est justifié Nicolas Sarkozy.

En 2015, pendant la campagne des départementales, Nicolas Sarkozy avait appuyé la décision du maire UMP (aujourd'hui Les Républicains) de Chalon-sur-Saône de supprimer les menus alternatifs dans pour les élèves de la ville.

Celui qui était alors président de l'UMP s'était dit "opposé" aux menus sans porc dans les cantines scolaires, les menus de substitution allant contre le principe de laïcité selon lui. Une position dont s'étaient distancés plusieurs ténors de la droite, notamment ses actuels rivaux pour la primaire Alain Juppé et François Fillon.

Mardi 8 Novembre 2016 - 03:24





Nouveau commentaire :
Twitter