Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Congrès des «Républicains»: sifflé, Alain Juppé pointe "le sectarisme" et "l'hystérie" de certains militans


Dimanche 31 Mai 2015 modifié le Dimanche 31 Mai 2015 - 19:49

Au congrès des «Républicains» à la porte de la Villette hier, Alain Juppé a essuyé les huées des militants dès son arrivée à la tribune. C'est la troisième fois en six mois que le maire de Bordeaux affronte des sifflets au sein de son propre parti.
«Certains d'entre vous me sifflent, ça me fait de la peine mais ça ne change pas ma détermination», avait-il rétorqué d'emblée, avant d'ajouter : «Vous êtes ma famille et je resterai dans ma famille.»




Alain Juppé a pointé dimanche "le sectarisme" et "l'hystérie" de certains militants au lendemain des sifflets et des huées qui ont accompagné son arrivée à la tribune du congrès fondateur du parti des "Républicains", successeur de l'UMP.

"Le militantisme a ses vertus, il a aussi ses risques : le risque de sectarisme, le risque de refus de l'autre, le risque d'enfermement est un risque fort", a souligné l'ex-Premier ministre dans l'émission le "Grand rendez-vous Europe 1-iTELE-Le Monde". "Il y a toujours chez les militants quelques hystériques."

Alain Juppé, rival le plus sérieux de Nicolas Sarkozy pour l'investiture présidentielle à droite, avait déjà été chahuté en février lors du conseil national de l'UMP alors qu'il prônait l'union avec le Centre.

"Je ne suis pas le seul dans ce parti à dire qu'il faut s'ouvrir", a-t-il dit dimanche. "L'ADN de l'UMP, c'est l'union de la droite et du centre, je n'ai pas observé que les Républicains avaient renoncé à cet ADN. Si c'était le cas, je pense que ça serait tout à fait dangereux pour l'avenir".

Dans une allusion à peine voilée au président de l'UMP Nicolas Sarkozy, qui a notamment dénoncé "le terrifiant spectacle du drame familial des Le Pen et la terrifiante médiocrité de ceux qui nous gouvernent" ( ), le maire de Bordeaux s'est interrogé sur la "tonalité de certains discours" qui lui a paru "un peu vigoureuse, un peu excessive".

Selon un sondage Odoxa publié le 24 mai dans Le Parisien, Alain Juppé battrait Nicolas Sarkozy de dix points (55-45) lors de la primaire de novembre 2016 qui désignera le candidat de la droite et du centre à l'élection de 2017.

"Nicolas Sarkozy a le parti, moi pour l'instant j'ai l'opinion", a estimé l'ex-Premier ministre. "J'organise ma petite PME, parfois il arrive que des PME performantes soient plus efficaces que des grandes entreprises du CAC 40".

Dimanche 31 Mai 2015 - 13:30





Nouveau commentaire :
Twitter