Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Conférence internationale à Fès sur l'histoire du Maroc antique


Jeudi 11 Avril 2013 modifié le Jeudi 11 Avril 2013 - 22:51




Conférence internationale à Fès sur l'histoire du Maroc antique
De l'architecture aux divinités, en passant par le mode de vie des habitants, une conférence internationale tenue à Fès (centre) s'est penchée de manière inédite sur l'histoire du Maroc antique, une période pré-islamique riche mais longtemps considérée comme taboue.

"Lorsqu'on lit les manuels scolaires, on a l'impression que l'histoire du Maroc a commencé avec l'avènement de l'islam au VIIe siècle ou, au plus, avec la présence romaine à partir du Ier", déclare à l'AFP Mostafa Ouachi, un des premiers archéologues du Maroc antique.

Jusque dans un passé récent, "tout ce qui renvoyait à la période antérieure à l'islam était perçu comme un tabou, un facteur de désunion ou une menace pour l'unité du pays", explique-t-il.

Mais les choses changent.

Fin mars à Fès, "capitale spirituelle" du royaume, des experts marocains, algériens, français, espagnols ou encore tunisiens ont partagé les conclusions de leurs recherches "malgré les contraintes techniques, financières voire culturelles pesant toujours sur l'étude de cette période", relève Saïd Kamel, de l'association européenne Medistone, co-organisatrice.

"Aujourd'hui, des archéologues marocains connus mondialement commencent à être +découverts+ dans leur propre pays", se réjouit-il.

Ce colloque international, sur trois jours, a vraiment représenté "quelque chose d'inédit", insiste Mostafa Ouachi. "Dans les années 1970 à 90, une telle rencontre d'experts internationaux de la période était inimaginable", dit-il.

Autre preuve concrète de l'évolution, le roi Mohammed VI a initié en 2011, dans le sillage du Printemps arabe, une constitution qui reconnaît pour la première fois le berbère comme langue officielle, au côté de l'arabe.

Pour les spécialistes du Maroc antique, c'est un "coup de pouce juridique et politique vers une plus grande reconnaissance d'une histoire méconnue".


Jeudi 11 Avril 2013 - 07:21

Avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter