Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Charlie Hebdo: une liberté d'expression "sélective et déséquilibrée" (Burgat)


Samedi 14 Février 2015 modifié le Lundi 16 Février 2015 - 18:35




"La liberté d'expression a perdu tout son sens chez l'hebdomadaire Charlie Hebdo, qui en a fait une appréhension sélective et déséquilibrée", a estimé samedi François Burgat, politologue français et directeur de recherche à l'Institut des recherches et des études sur le monde arabe et musulman.

M. Burgat, qui animait une conférence sur "Charlie hebdo ou les tourments de l'islam de France", organisée par le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME) dans le cadre de la 21ème édition du Salon international de l'édition et du livre (SIEL) de Casablanca, répondait à une question sur la montée de l'islamophobie en France suite aux attaques contre l'hebdomadaire français.

Le politologue français, qui consacre l'essentiel de ses travaux à l'étude des dynamiques politiques et des courants islamiques dans le monde arabe, a souligné que ces attentats ont suscité un vif émoi international.,

Se déclarant contre un soutien "aveugle et inconditionnel", M. Burgat, l'auteur de "l'islamisme à l'heure d'Al-Qaida: réislamisation, modernisation, radicalisations", a insisté sur la nécessité de faire la différence entre la caricature, l'humour, l'ironie et la stigmatisation.

"La liberté d'expression a perdu tout son sens dans le cas de Charlie Hebdo car elle a été sélective et déséquilibrée", a-t-il estimé, faisant remarquer que la liberté d'expression est devenue un permis pour injurier et insulter.

Razzy Hammadi, député PS à l'Assemblée nationale française, a pour sa part estimé que « Dans un Etat de droit, on peut être en désaccord avec ce que vous faites, ce que vous pensez ou ce que vous écrivez, mais ce sont les principes sur lesquels est fondé cet Etat de droit qui priment en cas de malentendus ».

M. Hammadi a également relevé qu'un Etat de droit garantit le recours aux tribunaux, citant en exemple les plaintes introduites par les représentants de la communauté musulmane de France auprès des tribunaux français contre Charlie Hebdo.

Il a en outre observé que l'Islam fait désormais partie de l'identité, de la culture et de la diversité nationale de la France dans le cadre du respect de la laïcité.

Le CCME participe au Salon international de l'édition et du livre (SIEL) qui se tient du 12 au 22 février à Casablanca, à travers des conférences et des débats placées sous l'intitulé "Migration, diversité et citoyenneté: le défi du vivre ensemble".



Samedi 14 Février 2015 - 22:03





Nouveau commentaire :
Twitter