Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Chantage contre le Roi du Maroc: "Et les 40 000 euros qu’ils ont chacun empochés ? Ils comptaient nous les renvoyer par La Poste ?"


Jeudi 3 Septembre 2015 modifié le Vendredi 4 Septembre 2015 - 10:45




Le journal Le Monde revient ce jeudi sur les déclarations des deux journalistes français, mis en examen pour chantage et extorsion de fonds à l’encontre du Roi du Maroc en échange du non publication d’un livre, affirmant que « pour l’heure, les transcriptions examinées par Le Monde dévoilent deux failles dans le récit d’Eric Laurent. »

« D’abord sur l’objectif même de la rencontre. A aucun moment le journaliste ne donne l’impression de vouloir « croiser » ses informations avec celles du palais, de « faire une interview », comme il l’a déclaré au Monde. Il se contente d’insister sur la gravité des informations qu’il a récoltées », souligne le quodidien du soir.

« Ensuite, la phrase qu’Eric Laurent dit avoir entendue de la bouche de son interlocuteur : « On pourrait peut-être envisager une rémunération, une transaction, en contrepartie d’un retrait écrit », n’apparaît pas dans les transcriptions, alors que celles-ci sont quasi exhaustives sur les propos tenus par Hicham Naciri », poursuit Le Monde.

Le journal indique aussi que quand le royaume a pris connaissance des dénégations d’Eric Laurent dans Le Monde et celles de Catherine Graciet dans Le Parisien, une source marocaine très au fait du dossier a réaffirmé au Monde que « c’est bien Eric Laurent qui a proposé d’être payé pour ne pas publier son livre ». « Et les 40 000 euros qu’ils ont chacun empochés ? Ils comptaient nous les renvoyer par La Poste ? », ironise cette source citée par Le Monde.

Le quotidien du soir s'es également fait écho du jugement d'Eric Laurent sur Me William Bourdon qu’il s’est choisi après sa mise en examen comme avocat : « Eric Laurent dénigre aussi l’avocat William Bourdon et ses liens avec l’Elysée. « C’est un visiteur du soir [de François Hollande] », assène-t-il, avant de pourfendre le biais « pro-algérien » de l’avocat et du pouvoir socialiste français ».

« C’est pourtant à William Bourdon qu’Eric Laurent va demander de le défendre dans la présente affaire contre le Royaume », relève Le Monde.


Jeudi 3 Septembre 2015 - 15:00

Par Samir Amor




Nouveau commentaire :
Twitter