Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Ces conseillers qui ont poussé Sarkozy à lancer le débat sur l’islam et la laïcité


Mercredi 9 Mars 2011 modifié le Mercredi 9 Mars 2011 - 18:36

Derrière les prises de position publiques se joue une lutte idéologique entre les stratèges du chef de l'Etat.




Ces conseillers qui ont poussé Sarkozy à lancer le débat sur l’islam et la laïcité
Le débat sur l'islam et la laïcité fait débat dans l'entourage du chef de l'Etat. Derrière les déclarations publiques des uns et des autres, se joue en coulisses une lutte idéologique entre les stratèges de Nicolas Sarkozy.

Entre les deux conseillers de l'intérieur - Claude Guéant et Henri Guaino - et les deux de l'extérieur - Pierre Giacometti et Patrick Buisson - , qui a pesé le plus sur la décision de Nicolas Sarkozy de lancer ce débat ?

Condamné unanimement à gauche, le débat sur l'islam voulu par le président de la République et organisé par l'UMP n'en finit pas de diviser à droite.

Depuis qu'il a été annoncé, pas un jour ne passe sans que des ténors de la majorité - y compris au gouvernement - émettent des réserves ou expriment leur opposition pure et simple au principe de ce débat, invoquant les risques de stigmatisation de la communauté musulmane.

Signe de l'embarras dans lequel se trouve la majorité, le patron de l'UMP, Jean-François Copé, assure désormais qu'il ne s'agit pas d'un débat sur l'islam mais d'un débat sur la "laïcité" et l'organisation d'un "islam de France". Mercredi, il a réaffirmé que ce débat aurait "bien lieu" comme prévu à l'occasion d'une convention UMP, le 5 avril à Paris, et donnerait lieu à une série de "propositions très concrètes".

Que Nicolas Sarkozy lance un débat aussi "clivant" en a surpris plus d'un, après les dérapages de celui sur l'identité nationale, fin 2009, et la séquence sécuritaire de l'été 2010. D'autant que si ces séquences ont permis à Nicolas Sarkozy de conforter son socle électoral, elles ne lui ont pas permis de gagner des voix au centre-droit, ni de faire remonter sa cote de popularité, comme l'a expliqué au Post, Frédéric Dabi, de l'Ifop.


1. Deux camps en Sarkozye : les modérés et les "droitiers"


Deux camps s'affrontent actuellement pour définir la stratégie que doit adopter Nicolas Sarkozy à 14 mois de la présidentielle.

Pour l'aile modérée de la majorité, ce débat peut se révéler contre-productif pour Nicolas Sarkozy s'il n'est pas cadré et donne lieu à des dérapages.
C'est notamment ce que craignent le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé, le Président du Sénat Gérard Larcher, celui de l'Assemblée Bernard Accoyer, le centriste Dominique Paillé ou encore les anciennes ministres Rama Yade et Rachida Dati. Même le Premier ministre François Fillon a émis des réserves sur ce débat, lundi sur RTL, avant de le juger finalement "nécessaire" le lendemain.

Dans ce camp, on pense que le Président court le risque d'être piégé par la présidente du Front national, Marine Le Pen -qui s'envole dans les sondages- en légitimant ses thématiques.

De l'autre côté, on retrouve les partisans d'une ligne plus à droite. Outre Jean-François Copé, on retrouve la frange la plus radicale de l'UMP, incarnée notamment par le secrétaire d'Etat, Thierry Mariani. Dans une interview au Post, il voit ce débat comme "une opération nécessaire" car, selon lui, la majorité doit apporter des réponses quant à "l'espace dévolu à la laïcité et celui accordé à la pratique de l'islam". L'ex-ministre de l'Immigration Éric Besson, devenu ministre de l'Industrie, se réjouit aussi de voir revenir à l'ordre du jour des sujets qui rappellent le débat sur l'identité nationale qu'il avait lancé.

Pour eux, le Président court le risque d'être devancé par Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle s'il lui laisse le champ libre sur des thématiques comme l'immigration ou la sécurité. Deux domaines qui font partie des "marqueurs" du sarkozysme et sur lesquels leur champion s'était appuyé pour l'emporter en 2007.
Dans le camp des "droitiers", on veut refaire en 2012 le coup de la précédente présidentielle : siphonner les voix des électeurs du FN pour se retrouver avec le plus haut score possible au premier tour, afin d'enclencher une dynamique qui permette de l'emporter au second. L'objectif : attirer dans le filet de Nicolas Sarkozy ces électeurs à la frontière entre l'UMP et le FN, qui seraient entre 5 et 7 % de l'électorat, selon le politologue Roland Cayrol.

Les partisans de cette ligne dure se réjouissent du lancement de ce débat sur l'islam et la laïcité. Mais ce ne sont pas forcément eux qui ont le plus peser sur la décision de Nicolas Sarkozy...


2. "Patrick Buisson est le principal inspirateur de ce débat sur l'islam"

Qui sont ces hommes qui influencent et forgent la pensée du Président ? Quel est celui qui a le plus pesé sur la décision du chef de l'Etat de lancer ce débat ?

"C'est Patrick Buisson", assure au Post un haut responsable de la majorité, sous couvert de l'anonymat. "Il a dû convertir une ou deux personnes à l'Elysée, qui ont dû convaincre le Président."

"Patrick Buisson est le principal inspirateur de ce débat sur l'islam", affirme un ministre, toujours en off, au Post.

Ancien journaliste venu de l'extrême droite, Patrick Buisson est aujourd'hui directeur général de la chaîne Histoire. Il est surtout politologue et un des conseillers en stratégie de Nicolas Sarkozy. Présenté par Le Monde en octobre 2008 comme "l'hémisphère droit de Sarkozy", il a bâti une partie de la campagne présidentielle et est aujourd'hui l'un des hommes les plus écoutés par le Président.

Dans une interview à L'Express -une des rares qu'il a accordées- Patrick Buisson définit son rôle ainsi : "Faire vivre et prospérer le lien direct que Nicolas Sarkozy a établi avec les Français, notamment avec les catégories populaires, lors de la campagne présidentielle".

Avec lui, "la droite dure est entrée à l'Elysée", résume Télérama. Il a convaincu le candidat Sarkozy qu'il devait siphonner les voix du FN, en 2007 et lui a appris les techniques à employer pour séduire les électeurs frontistes. Jean-Marie Le Pen, qui aurait "bien aimé l'avoir comme conseiller", explique à l'hebdo : "Il a donné à Sarkozy les mots, les codes, le langage qu'il faut employer vis-à-vis des électeurs du Front national."

Toujours convaincu aujourd'hui qu'une présidentielle se gagne à droite, Patrick Buisson a persuadé Nicolas Sarkozy de se rendre au Puy-en-Velay (Haute-Loire), jeudi, un haut lieu du catholicisme, selon Le Figaro. Début janvier, il a proposé dans une note détaillée un repositionnement du chef de l'État sur une nouvelle longueur d'onde: celle de l'histoire contre l'actualité, explique le journal.
Selon le quotidien, Patrick Buisson est convaincu que Nicolas Sarkozy doit visiter des lieux historiques et symboliques, notamment pour se démarquer de Dominique Strauss-Kahn, "bloqué" à Washington, et empiéter sur le FN.

Selon le politologue Stéphane Rozès (Cpa), dans l'entourage du chef de l'Etat, "deux lignes s'opposent: une ligne républicaine représentée par Henri Guaino et une ligne nationaliste, représentée par Patrick Buisson". Mais pour le moment, "dans la droite ligne du discours de Grenoble, c'est la ligne nationaliste qui l'emporte", analyse-t-il.

Libération confirme qu'une bataille interne se joue jusque dans l'entourage du chef de l'Etat, entre les deux conseillers Henri Guaino et Patrick Buisson.


3. "Sarkozy est très marqué par le 21 avril 2002"

A la tête de sa société Publifact, Patrick Buisson est l'un des deux conseillers "extérieurs" du Président. L'autre, c'est Pierre Giacometti (photo), ancien directeur général d'Ipsos passé à son propre compte.

Chargé lui aussi de décrypter les phénomènes d'opinion pour le Président, Pierre Giacometti a également poussé Nicolas Sarkozy à lancer ce débat. "Mais un débat sur la laïcité et la République, et pas sur l'islam", indique-t-on au Post dans l'entourage de Nicolas Sarkozy. "Un débat marqué du sceau de l'équilibre, du respect et de la tolérance", qui "ne vise pas à stigmatiser l'islam".

Le "traumatisme" du 21 avril 2002 a convaincu le chef de l'Etat de lancer ce débat sur la laïcité. "Il est très marqué par ce qui s'est passé [l'élimination de Jospin par Le Pen, au premier tour de la présidentielle, ndlr] et pense que c'est une erreur de ne pas vouloir débattre de certains sujets. Pour lui, le PS a échoué en 2002 à cause d'une forme de déni de la société française. Son raisonnement, c'est qu'il faut agir sur ces sujets, sans tabou, pour ne pas revivre le 21 avril 2002", explique un conseiller de l'Elysée, au Post. "Nicolas Sarkozy se dit qu'il ne faut pas avoir de tabou, sinon, d'autres en profitent."

"Le Président est convaincu que les partis de gouvernement ont la responsabilité de réfléchir au modèle d'intégration et à la place de la religion dans la société française. Il pense que le problème de l'intégration a été sous-estimé pendant trop d'années et est obsédé par la recherche d'un équilibre sur ce sujet", confie ce proche du chef de l'Etat. Avant de préciser que Nicolas Sarkozy "ne veut pas se laisser emporter par la polémique", laissant l'UMP "organiser le débat partisan".

"Et avant de décider de lancer ce débat, Nicolas Sarkozy n'a pas choisi la ligne d'un conseiller ou d'un autre", assure-t-on au Post à l'Elysée.

"Il est conscient de ce qu'il doit faire et a une grande part d'autonomie dans ses prises de décision. Il écoute les points de vue de chacun, notamment Claude Guéant, Henri Guaino, Patrick Buisson et Pierre Giacometti. Ils jouent un rôle dans la construction de sa décision, qui relève d'un subtil équilibre entre tout ce qui lui est dit."

Pour bien comprendre la pensée du Président sur la religion et la laïcité, l'Elysée renvoit vers le discours du Président lors de ses voeux aux autorités religieuses, à l'Elysée, le 7 janvier dernier.

Qu'on se le dise : jusqu'à la présidentielle, Nicolas Sarkozy semble déterminé à jouer sur un registre droitier. Lundi, devant des députés UMP, il a lancé : "Je serai offensif pendant la campagne, pour le moment je suis un président rassembleur et protecteur."


Sources : Le Post, Le Figaro, Télérama : Patrick Buisson, conseiller très à droite du Président, Le Monde : L'hémisphère droit de Sarkozy (en zone abonné), Rue 89, L'Express.fr, Liberation.fr

Mercredi 9 Mars 2011 - 18:33

Hasna Daoudi





1.Posté par Ronan Pierre le 11/03/2011 08:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A l'attention de Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale

Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale,

Fondateur des mouvements de l’Évolution, auteur et philosophe et président du Parti ESD, je m’interroge sur les vraies raisons d’u...n débat sur l’Islam dans notre pays. Je ne suis en rien contre un débat, à partir du moment où il porte sur les religions en général et leurs impacts dans nos sociétés, espérant même un jour voir un tel débat. Par contre, je ne peux accepter les raisons de ce débat visiblement organisé en vue de la réélection de N. Sarkozy en2012, ce débat n’étant qu'un prétexte électoral.

Nicolas Sarkozy est en effet le seul candidat possible de la droite UMP, il n’en reste pas moins extrêmement fragilisé dans l’opinion publique sachant pertinemment que s’il passe le premier tour avec en face de lui un candidat PS, il n’aura aucune chance d’être réélu. Le débat n’est donc qu’une stratégie pour retrouver son siège, ayant tout intérêt d’avoir à ses cotés en tête du premier tour des présidentielles, la présidente du Front national, Marine Lepen.
La raison en est simple, il suffit de se remémorer les présidentielles de 2002 voyant Chirac arriver en tête du premier tour avec pour opposant Jean Marie Lepen. La suite nous la connaissons tous : la gauche, comme tous les opposants à Jacques Chirac et Jean Marie Lepen ayant, la mort dans l’âme, massivement voté pour le candidat Chirac préférant une droite libérale à une extrême droite fascisante.
Il est à craindre que ce soit sur ce même scénario que compte d’aujourd’hui l’UMP, la poudre jetée aux yeux des Français d’utiliser l’islam comme « bouc émissaire » ne laissant aucun doute sur ses raisons électorales présidentielles.

L’ESD que je préside appelle le gouvernement à revoir sa copie, soit en annulant son débat sur l’Islam, soit en l’étendant à toutes les religions et leurs impacts dans nos sociétés. J’invite donc tout ceux qui le désireront à exprimer leurs refus de ce débat en signant une pétition portant sur cette proposition, je vous l’apporterai personnellement, accompagnée d’un texte sur l’éthique espérée des personnalités et formations politiques en France.

Pour une France plus juste.

Gilles Ragnaud

2.Posté par charles le 17/03/2011 21:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Faut choisir de meilleurs conseillés à l'avenir .

Nouveau commentaire :
Twitter