Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Camps de Tindouf : la Commission contrôle budgétaire au PE "s'étonne" que l'OLAF n'ait pas recommandé le recouvrement de l'aide détournée


Vendredi 20 Février 2015 modifié le Vendredi 20 Février 2015 - 13:49




Camps de Tindouf : la Commission contrôle budgétaire au PE "s'étonne" que l'OLAF n'ait pas recommandé le recouvrement de l'aide détournée
La Commission contrôle budgétaire (CONT) au Parlement européen "s'étonne" que l'Office européen de lutte anti-fraude (OLAF) n'ait pas recommandé le recouvrement de l'aide humanitaire destinée aux camps de Tindouf détournée par l'Algérie et le Polisario.

Dans son rapport concernant la décharge sur l'exécution du budget général de l'UE pour l'exercice 2013, la Commission "s'étonne du fait que l'OLAF n'ait pas recommandé à la Commission européenne d'émettre un ordre de recouvrement sur la base du préjudice financier causé au budget de l'UE en ce qui concerne l'aide humanitaire versée aux populations des camps de Tindouf, alors qu'il estimait dans son rapport que le nombre des habitants des camps était considérablement inférieur à celui indiqué par le Polisario ou l'Algérie".

Un rapport de l'OLAF datant de 2007 et rendu public fin janvier dernier après une intervention du Médiateur européen fait état de détournements massifs et organisés depuis plusieurs années de l'aide humanitaire internationale accordée aux populations séquestrées dans les camps de Tindouf dans le sud-ouest algérien.

Seule la partie de l'aide permettant aux populations des camps de Tindouf de survivre est distribuée. Le reste est vendu pour le compte de hauts officiels algériens et des dignitaires du Polisario, souligne l'OLAF qui attribue ces détournements à la surestimation du nombre de la population de Tindouf et donc des aides fournies.

A l'issue de trois années d'enquête qui ont révélé plusieurs pratiques frauduleuses et abus concernant la distribution de l'aide humanitaire destinée aux camps de Tindouf, l'OLAF s'est contenté de recommander à la Commission européenne de régler le problème du recensement, de revoir à la baisse la quantité de l'aide à pourvoir et de renforcer les procédures de contrôle.

L'UE soutient financièrement les camps de Tindouf depuis 1975, sur la base d'une population évaluée par les autorités algériennes à 155.000 personnes. Ni l'Algérie ni le polisario n'ont accepté qu'un recensement des populations des camps de Tindouf soit organisé malgré les appels répétés de l'ONU en vue de continuer à tirer profit de la manne humanitaire.

Vendredi 20 Février 2015 - 13:43





Nouveau commentaire :
Twitter