Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Campagne électorale de Bouteflika: les hommes du président


Lundi 3 Mars 2014 modifié le Mardi 4 Mars 2014 - 11:48

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, qui brigue un quatrième mandat, a désigné neuf responsables politiques algériens pour animer par procuration sa campagne électorale




Campagne électorale de Bouteflika: les hommes du président
Il s'agit du premier ministre Abdelmalek Sellal, président de campagne, le président de l’Assemblée Larbi Ould Khalifa, le patron du FLN, Amar Saïdani, le Secrétaire général du RND, Abdelkader Bensalah, le ministre des Transports, Amar Ghoul, le ministre de la Santé, Amara Benyounès, les deux anciens premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelaziz Belkhadem, et enfin l’ancien président du Conseil constitutionnel.

Tout ce beau monde va s'atteler à mener une campagne électorale par procuration même si, aujourd'hui, on insiste à Alger pour préciser que M. Bouteflika est allé lui-même déposer son dossier de candidature au Conseil constitutionnel.

"Je suis venu déposer officiellement ma candidature conformément à l'article 74 de la Constitution et à la loi électorale", a déclaré M. Bouteflika, assis dans un fauteuil face au président du Conseil constitutionnel Mourad Medelci, devant les caméras de la télévision publique.

L'article 74 porte sur son droit à la réélection.

Le président a fêté dimanche ses 77 ans, dont 15 au pouvoir, très affaibli par un AVC qui l'a immobilisé 80 jours en France, d'où il est rentré le 16 juillet dernier. Abdelaziz Bouteflika n'a plus prononcé de discours public depuis mai 2012.

Un ancien chef de gouvernement, Mouloud Hamrouche, avait appelé jeudi à faire tomber le régime du président Bouteflika "dans le calme", avec l'aide de l'armée, estimant qu'il n'était plus en mesure de diriger le pays.

Figure majeure de l'opposition, Saïd Sadi, l'ex-président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), avait, pour sa part, appelé à la mobilisation pour "discréditer ce scrutin, de sorte à laisser l'actuel président candidat à sa propre succession se concurrencer lui-même".

Lundi 3 Mars 2014 - 23:59

Par Hasna Daoudi





1.Posté par Cigare le 04/03/2014 11:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
One two three a quand la démocratie?

2.Posté par mouloud le 04/03/2014 13:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Boutef et son équipe; c'est " Ali Baba et les 40 voleurs".

3.Posté par bazar le 04/03/2014 13:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
qui va nous libérer nos peuples algérien une clé pour ouverture la frontière maghrébine la paix ou la guerre

Nouveau commentaire :
Twitter