Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




COP21: Hakima El Haité appelle à des financements climatiques innovants


Samedi 5 Décembre 2015 modifié le Dimanche 6 Décembre 2015 - 09:24

La ministre chargée de l'Environnement, Hakima El Haité a plaidé, vendredi à Paris, pour des financements innovants des programmes d'adaptation aux changements climatiques.




Hakima el Haité avec la secrétaire d’État au Développement, Annick Girardin@Atlasinfo
Hakima el Haité avec la secrétaire d’État au Développement, Annick Girardin@Atlasinfo
"Il faut innover. Il n'ya pas que les fonds verts et les fonds d'adaptation. Il faut penser à un moyen intelligent pour contrôler que les pays ne polluent pas", a dit Mme El Haité lors d'un side-event organisé par le Maroc sur "les financements climatiques et l'investissement vert".

Elle a rappelé toutes les discussions sur le montant des 100 milliards de dollars à l'horizon 2100 et toutes les réticences exprimées à cet effet, invitant les experts en finances à réfléchir à de nouveaux outils de financements.

Les pays développés se sont engagés, à Copenhague en 2009 et à Cancun en 2010, à mobiliser conjointement 100 milliards de dollars par an d'ici 2020 pour aider les pays en développement à faire face au dérèglement climatique.

Cette somme peut provenir de sources bilatérales ou multilatérales, publiques et privées.

"Nous voulons, nous Marocains, que les experts en finances, réfléchissent à un nouveau moyen et à de nouveaux outils (de financements climatiques)", a-t-elle insisté, indiquant que "les mécanismes de mise en oeuvre vont sortir du Maroc".


hakima el Haité avec l'ambassadeur du maroc en France, Chakib Benmoussa, et le ministre de l'Environnement de Djibouti
hakima el Haité avec l'ambassadeur du maroc en France, Chakib Benmoussa, et le ministre de l'Environnement de Djibouti
Pour sa part, Karsten Sach, directeur général adjoint en charge de la politique européenne et internationale, délégué au ministère allemand de l'Environnement, de la protection de la nature, de la construction et de la sûreté nucléaire, a salué l'initiative de penser à des outils de financements climatiques innovants.

"Il est sage de penser à de nouveaux outils de financements", a dit M. Sach, soulignant l'importance de parvenir à un accord "juste" qui concilie les intérêts des pays développés et ceux des pays en développement.

Il s'est félicité, à cet égard, des efforts déployés par le Maroc dans le domaine de l'environnement et de l'adaptation aux changements climatiques.

Le vice-président chargé de l'agriculture, de l'eau, du développement humain, de la gouvernance et des ressources naturelles à la Banque africaine pour le développement (BAD), Aly Abou Sabaa a, quant à lui, salué le Plan Vert Maroc, le qualifiant de "programme diversifié", estimant que le Royaume doit partager son savoir-faire avec d'autres pays.

Cette rencontre a été organisée dans le cadre de la Conférence mondiale sur le climat qui se tient du 30 novembre au 11 décembre et qui doit adopter un accord permettant de contenir le réchauffement climatique à 2 C en 2100.

Samedi 5 Décembre 2015 - 12:45





Nouveau commentaire :
Twitter