Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Blaise Compaoré au Maroc pour un "séjour à durée déterminée"


Vendredi 21 Novembre 2014 modifié le Vendredi 21 Novembre 2014 - 12:07

Le président déchu du Burkina Faso, Blaise Compaoré, est arrivé jeudi soir à Casablanca, au Maroc, en provenance de Côte d'Ivoire, où il se trouvait en exil depuis sa démission le 31 octobre, a annoncé le ministère marocain des Affaires étrangères (MAE).




M. Compaoré est "accompagné de cinq personnes" pour ce "séjour à durée déterminée", a précisé le MEA dans un communiqué publié peu avant 0h30 GMT par l'agence officielle MAP.

"Le royaume du Maroc, qui a des liens historiques, humains et politiques forts avec le Burkina Faso, réitère son soutien au processus de transition dans ce pays", est-il encore indiqué.

La durée exacte du séjour ainsi que la localisation précise de l'ancien président burkinabè, qui entretient de bonnes relations avec les autorités du royaume, ne sont pas mentionnées.

En début de soirée, le roi Mohammed VI avait pour sa part adressé un message de félicitations au président intérimaire Michel Kafando.

“Votre désignation par les forces vives de la nation pour conduire cette délicate période transitoire traduit leur grande confiance en votre riche expérience, votre sagesse et votre intégrité morale. Elle répond à la volonté du peuple du Burkina Faso d’aller de l’avant sur la voie de la consolidation de la démocratie pour la réalisation de ses aspirations à davantage de développement et de bien-être”, souligne le Souverain.

Blaise Compaoré, sa femme et des membres de sa famille avaient quitté Yamoussoukro en fin d'après-midi, dans un avion spécialement affrété pour l'occasion, selon la présidence ivoirienne. Ce départ n'est pas définitif, l'ancien chef de l'Etat burkinabè étant "amené à revenir", avait souligné à l'AFP la même source.

M. Compaoré, 63 ans, a été chassé par la rue le 31 octobre après 27 années de règne pour avoir voulu réviser la Constitution afin de se maintenir au pouvoir. Le jour de sa démission, il avait été exfiltré du Burkina Faso vers Yamoussoukro, la capitale politique ivoirienne, grâce à des moyens militaires français.
Vendredi 21 Novembre 2014 - 07:44

Atlasinfo avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter