Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Ben Bella : «Bouteflika le célibataire, Ait Ahmed plus kabyle qu’algérien, Boudiaf zéro militaire»


Mardi 10 Mai 2011 modifié le Mardi 10 Mai 2011 - 11:18

Guerre d’indépendance, 1er novembre 1954, célibat de Bouteflika, Boudiaf, Abane, Ait Ahmed, révolution arabe...L’ex président algérien, Ahmed Ben Bella, 94 ans, s’est longuement confessé à l’envoyé spécial de l’hebdomadaire Jeune Afrique, Renaud de Rochebrune, dans sa villa sur les hauteurs d’Alger. Dans son édition du 8 au 14 mai 2011, l’hebdomadaire publie les confessions du premier président algérien Ahmed Ben Bella recueillis dans le cadre de la préparation d’un ouvrage sur la guerre d’indépendance. Florilèges




Ben Bella : «Bouteflika le célibataire, Ait Ahmed plus kabyle qu’algérien, Boudiaf zéro militaire»
Il faut croire que dans cet article de Jeune Afrique intitulé « Une soirée avec Ben Bella», l'ancien président ne manie pas la langue de bois. Pour la précision, ces confessions n’ont pas été recueillies sous la forme d’un entretien questions-réponses, mais plutôt sous la forme d’une interview informelle.

Révolution arabe

L’ex-président qui a été renversé le 19 juin 1965 par un coup d’Etat militaire fomenté par Houari Boumediene juge que le monde arabe est une région « en ébullition » et estime « naturel » que les peuples s’agitent pour « dépoussiérer » les régimes en place.

Pour autant, Ben Bella récuse le terme révolution pour qualifier les événements dans le monde arabe, particulièrement en ce qui concerne la Tunisie et l’Egypte.


Tunisiens et Marocains

Visiblement, l’ex-président nourrit peu d’estime à l'égard des voisins tunisiens pas plus qu'il ne porte dans son coeur Habib Bourguiba, premier président de Tunisie, renversé en novembre 1987 par le général Ben Ali.

Des Marocains, en revanche, Ben Bella dit qu’ « eux sont des vrais combattants » et « pas de poules mouillées ». L’allusion aux Tunisiens est très claire. Les Tunisiens apprécieront.

Le régime algérien

Ben Bella dit ne pas souhaiter que le régime algérien soit ébranlé à l’instar de ce qui s’est passé ailleurs dans le monde arabe. En Tunisie, en Egypte, au Yémen ou en Libye. « Je le voudrais pas », confesse-t-il.

Au journaliste de Jeune Afrique, il dit qu’un scénario de rupture n’apporterait rien de bon à l’Algérie. « Nous avons quelqu’un qui est là, je préfère que cela reste comme ça ». Ce quelqu’un est évidemment le président Bouteflika, au pouvoir depuis 1999.

Tout de même, Ben Bella n’accorde pas à un blanc-seing Bouteflika, celui là même qui avait activement participé à son renversement en juin 1965. « Il y a des moins et des plus chez lui, pour l’instant, c’est le moins mauvais, et je m’en contente. »

Selon Ben Bella, l’Algérie est « pays pas facile » et « diriger les Algériens, c’est vraiment pas facile ».

Bouteflika célibataire endurci

Si Ben Bella considère Abdelaziz Bouteflika « comme un petit frère » et souhaite « qu’il ne lui arrive rien de mal », il ne manque pas au passage de lui reprocher son célibat endurci. Ben Bella regrette, en parlant de Bouteflika, qu’ « homme de son âge ne soit pas encore marié », mais précise qu’ « il n’est jamais trop tard pour bien faire ».

Abdelaziz Bouteflika, 74 ans, jamais marié ? Ce n’est pas tout à fait vrai. A la vérité, le président algérien s’est déjà marié secrètement, mais ce sujet reste le tabou des tabous.

Abdelaziz Bouteflika s’est marié en août 1990 avec Amel Triki, fille d’un diplomate algérien, en poste pendant de longues années au Caire. La cérémonie s'est déroulée un vendredi, dans un appartement situé sur les hauteurs d'Alger. La mère de Bouteflika y était présente ainsi que des membres de la famille de l'épouse. Mais celle-ci y était absente.

Toutefois, cet épisode de la vie du chef de l’Etat algérien est rarement évoqué publiquement. Sauf une seule fois, en février 2000, lors d’un entretien accordé à une journaliste libanaise.

Interrogé pour savoir s’il était marié ou non, Bouteflika avait répondu sèchement : « Je ne suis pas marié ! » Depuis cet entretien, le mariage secret de Bouteflika n'a jamais été évoqué publiquement. Le directeur du Matin, Mohamed Benchicou, a relaté ce mariage dans son livre paru en février 2004, « Bouteflika, une imposture algérienne ».

La marocanité d’Ahmed Ben Bella

Ahmed Ben Bella n’a jamais gardé secret sur ses origines marocaines. A plusieurs reprises, il avait affirmé sa nationalité marocaine. Au journaliste de Jeune Afrique, il ne dit pas moins lorsqu’il évoque la construction du Maghreb et la réouverture des frontières entre l’Algérie et le Maroc.

« Il faut faire le Maghreb, clame-t-il. Les frontières doivent être ouvertes. Et c’est tout à fait possible. Comment pourrais-je penser autrement alors, que même si je suis né en Algérie, même si j’y ai vécu, même si j’ai été le chef de la révolution algérienne, ma mère et mon père étaient tous deux marocains. »

Né à Maghnia en 1916, Ahmed Ben Bella a été naturalisé algérien après l’indépendance de l’Algérie en juillet 1962.

L’Organisation spéciale (OS)

Créée en 1947 par le PPA-MTLD de Messali Hadj, cette organisation secrète s’est illustrée en avril 1949 par l’attaque de la poste d’Oran. Deux personnes se sont illustrées par ce coup d’éclat : Ahmed Ben Bella et Hocine Ait Ahmed, fondateur du FFS (Front des forces socialistes).

Qui des deux était le véritable instigateur de ce coup d’éclat ? Pour les historiens, l’attaque de la Poste d’Oran a été organisée par Hocine Ait Ahmed, chef de l’OS. Hocine Ait Ahmed l’a d’ailleurs rappelé dans son livre « Mémoires d'un combattant ».

Dans ses confessions faites à Jeune Afrique, Ahmed Ben Bella réécrit l’histoire à sa manière. Il confesse que « même si [il] respecte Ait Ahmed » qui a été souvent « beaucoup plus kabyle qu’algérien », c’est bel et bien lui, Ahmed Ben Bella qui a été le véritable organisateur de l’attaque de la Poste d’Oran. « Jusqu’au moindre détail, c’était moi », dit-il.

L’insurrection du 1er novembre 1954

Autre confession intime de Ben Bella : le déclenchement de l’insurrection du 1er novembre 1954. « Le 1er novembre, c’est moi », clame-t-il au journaliste de Jeune Afrique. Si Ahmed Ben Bella faisait partie des neuf chefs historiques qui ont créé le FLN, il ne revendique pas moins un rôle prépondérant au sein de cette organisation qui a déclenché l’insurrection.

Abane Ramdane

Plusieurs décennies après la guerre d’Algérie, Ahmed Ben Bella nourrit encore de l’animosité à l’égard d’Abane Ramdane, héros de la révolution algérienne, principal artisan du congrès de la Soummam tenu en août 1956.

Pour Ben Bella, Abane l’avait empêché d’assister à ce fameux congrès au cours duquel a été bâti la doctrine de la guerre de libération. Si Ben Bella nourrit encore des reproches à Abane, il ne désapprouve pas moins son assassinat au Maroc en décembre 1957 par ses amis du FLN.

Mohamed Boudiaf

S’il ne s’étale pas, dans l’entretien accordé à JA, sur la personnalité de Mohamed Boudiaf, un des dirigeants du FLN, assassiné en juin 1992 six mois avoir été rappelé en janvier 1992 par l’armée pour assurer la présidence de l’Etat, Ahmed Ben Bella dit que Boudiaf était un véritable combattant, mais « zéro sur le plan militaire ».

Là encore, l'ex-président algérien ne manque pas de décocher une flèche en direction de Mohamed Boudiaf, celui-là qu'il a banni avant de le condamner à la peine de mort.

Arrêté le 23 juin 1963 pour s'être opposé à Ben Bella, Mohamed Boudiaf avait été interné dans une prison du sud algérien sur ordre du président Ahmed Ben Bella avant d'être condamné à mort en 1964.

Voila donc quelques confessions qui ne devront pas valoir quelques sympathies supplémentaires à l'ancien président algérien, Ahmed Ben Bella.

Mardi 10 Mai 2011 - 09:41

(Source DNA-Algérie)-www.dna-algerie.com





1.Posté par MEZIANE le 10/05/2011 17:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour moi il n'y a qu'un Harki qui peut parler d'ABANE RAMDANE, BOUDIAF MOHAMED et de HOCINE AIT AHMED de cette manière la..et je vous rappel Mr ben bella que même si AIT AHMED est plus Kabyle qu'Algerien à vos yeux, moi je vous répondrais que malgré ça il est et restera plus Algerien que vous que le vous le voulez ou pas !!!

2.Posté par nabil le 10/05/2011 23:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur l'ex-chef Etat désigé par les enfants de De Gaulle, J'aimerais rappeler aux algériens une scène télévisée qui m'a profondément marquée - et qui a sûrement contribué à discréditer la chose politique en Algérie - Lors ,du dernier discours d'ouverture de l'année judiciaire d'un autre ex-chef d'Etat, Chadli , que vous avez regardé - pour ne pas dire suivi - en compagnie du grand avocat et irréductible miitant des Droits de l'Homme, Me Arezki AIT-LARBI, en direct sur un plateau de télévision de la seule chaîne qui nous enchaîne. A l'issue de ce discours, et à la question de l'animateur qui voulait reccueillir votre réaction, vous avez répondu, sans aucune gène (bravo), que "franchement je ne l'ai pas bien suivi". Bien évidemment, les téléspectateurs ont eu, en moins, une analyse pertinente, dans un arabe académique, de l'avocat algérien et kabyle Arezki AIT-LARBI. Je ne peux évoquer ici les deux incontournables chefs historiques chefs historuques que sont BOUDIAF et ABANE, et l'infatigable militant des Droits de l'Homme qu'est M. Hocine AIT-AHMED le nationaliste. Je Voudrais vous dire, M. BEN BELLA, la déception de ma génération. Des générations se sont battues pour les Droits de l'Homme. Avec vous - ceux qui vous ont désignés et ceucqui vous ont illégalement succédé - nous n'avons jamaise eu à hjouir de nos Droits Naturels. Je doute fort que votre sénilité puisse faire la différence entre les deux catégories de Droits que des milliers d'années séparent.

3.Posté par Boumediene le 11/05/2011 01:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ben bella le "chef" de la guerre d'Algérie !! No comment. Il n'était même pas de 6 Historiques ....Si chef il devrait y avoir, il est à chercher du coté des Aurès très certainement..un certain Ben Boulaïd qui lui est mort au combat...Par contre Ben bella est bien le père du génocide algérien car c'est lui qui a ramené des profs issus des frères musulmans en Algérie....Ben bella un vieux sénil avant tout....

4.Posté par Seddouk le 11/05/2011 06:16 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr ben bella a votre place j'aurai honte de parler de l'algerie et sa révolution vous qui allez vendre l'algerie a l'Égypte et maintenant vous oserai critiquer abane ou boudiaf quel honte ya un proverbe de chez nous qui dit :s'il ya une main que tu peut pas frapper embrasse la donc conclusion c'est que boudiaf et abane alah irhamhoume sont très loin de toi dans tout les domaine donc reste tranquille et fini tes jours qui te reste et n'oublier pas qu'il ya un bon dieu et vous allez tous payer pour le mal que vous avez fait au peuple algérien enfin je sais que la majoriter des chef d'état qui sont passer par le pouvoir sont pas algérien helas

5.Posté par baby13 le 11/05/2011 13:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

l'erreur est humaine quand elle est corrigé sinon elle n'est plus humaine

je sais pas bien l'histoire, chose que je partage avec d'autres personnes, par ce que l'histoire de pays est totalement jouée en faveur du pouvoir politique depuis 1965 et les uns qui peuvent dirent où se trouve la vérité sont, soit mort ou cachés derrière des voiles par crainte sur leurs vies.
Ce Ben Bella qui mérite même pas d'être appelé par monsieur est un vrai traître de la cause noble des martyre algérien prouver par son ordre de condamner Boudiaf en non de quoi!!! personne le sais mais juste pour monter ça stupidité si j'ose dire.
Aban Ramdhan a bien compris les choses avant qu'elles soit de l’ordre en nos jours en lui interdisant d'assister au congrès de Sommame c'est pas par le fait qu'il le déteste je suis sur mais par la conscience et la vision lointaine qu'il avait à son époque et je confirme et je soutient son avis même si je vais pas changer l'histoire mais le premier président algérien était vraiment quelqu'un qui pense toujours en-dessous de la ceinture, preuve à la main de ce qu'il est aujourd'hui et de ce qui'il était. faits une comparaison et vous allez bien comprendre ce que je veux dire.
une personne sans caractère n'a même pas le droit de parler au nom d'un village alors là au nom d'un peuple en plus quel peuple, les algériens.
si un jours il tombe sur ce que je vient de dire même si c'est pas facile pour une personne qui ne suit même pas bien l’actualité d'un pays dont il était déjà un président, mais on va supposer qu'il va le faire, alors je vais lui dire fait quelque chose pour corriger tes erreurs de passé par ce que la vie est assez courte pour songer à le faire plus tard.

6.Posté par amine merzeki le 12/05/2011 22:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr ben bella si l'interview que vous avez donné a JA est vrai et bien vous etes stupide. Vous decevez vraiment les gens qui ont encore de la sympathie pour vous .et j'espers que cette interview n'est quun faux si non c'est dommage .

7.Posté par Boumediene le 13/05/2011 13:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je constate que mon commentaire n'a pas été publié. Atlasinfo, site arabo islamiste

8.Posté par Le vent de la Soumame le 17/05/2011 13:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ben Bella, tu es mieux de rester dans ta taniére,parceque Mrs. Boudiaf, Abane ainsi que Ait ahmed sont et seront des achitecte de la revolution Algérienne et seront gravé dans nos coeurs et memoires a JAMAIS.

Si Mr Abane Ramdane avait jugé que tu etais un bon élement il l'aurait fait (te convoquer au congré), mais sa vision, Mr abane, ne sait pas trompé, tu es un

Car un compagnon de revolution ne lache jamais ses fréres

Nouveau commentaire :
Twitter