Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Belfort: Pierre Nasica serait mort d'un coup à la carotide


Vendredi 3 Décembre 2010 modifié le Vendredi 3 Décembre 2010 - 20:16

Le corps retrouvé mercredi près du château de Belfort est bien celui d'un adolescent disparu depuis quelques jours. L'autopsie a donné quelques indications sur les circonstances de la mort du jeune homme. Une marche blanche en sa mémoire a eu lieu vendredi.




Belfort: Pierre Nasica serait mort d'un coup à la carotide
La mort de Pierre Nasica, un lycéen de Belfort âgé de 16 ans, dont le corps sans vie a été retrouvé mercredi, les mains attachées devant, le visage et le corps tuméfié, suscite colère et tristesse à Belfort. Le jeune homme, habitant le pays de Montbéliard et scolarisé en première au lycée Condorcet à Belfort, était porté disparu depuis samedi.

D'après l'autopsie, l'adolescent est vraisemblablement mort d'un coup porté à la carotide, a déclaré vendredi le procureur de Montbéliard, Thérèse Brunisso. L'autopsie pratiquée vendredi à l'institut médico-légal de Besançon a aussi révélé "des traumatismes faciaux". Autres indications apportées par l'examen, le jeune homme est décédé à l'endroit où a eu lieu la découverte du corps, plusieurs jours avant celle-ci. "Toutes les pistes sont ouvertes", a indiqué le procureur de Montbéliard.

Rien ne vient confirmer, pour l'instant, les rumeurs de trafics dans lesquels aurait pu être impliqué l'adolescent. Une information judiciaire pour meurtre a été ouverte jeudi à Montbéliard. "C'est une enquête qui peut être difficile", estime le procureur.

Une marche silencieuse en hommage à Pierre Nasica a réuni 1.500 à 2.000 personnes, vendredi après-midi à Belfort, pour l'essentiel des jeunes, indique le Pays de Franche-Comté sur son site internet.

De l’avis de tous, famille et proches, Pierre était "un jeune sans histoires, issu d'une famille sans histoires" comme l’a indiqué le procureur, jeudi. La direction de son établissement, le lycée Condorcet parle d’"un garçon très apprécié, autant par les professeurs que par les élèves". Il était "exemplaire, discret et intelligent", a souligné Gabriel Lienhard, le proviseur de l'établissement où une cellule d'aide psychologique a été mise en place. "Il avait des copains, il jouait au foot. Ce n’était pas du tout un jeune englué dans des problèmes" renchérit dans une interview au Parisien, Marc Tirole, le maire de Dampierre-les-Bois, où vivait avec sa famille l’adolescent.



(Source SFR)
Vendredi 3 Décembre 2010 - 20:10





Nouveau commentaire :
Twitter